Jean Paul Tinguely 1925-1991

Sculpteur utilisant des matériaux de récupération

 

Les caractéristiques de son style

C’est un sculpteur qui, avant tout, utilise des matériaux de récupération auxquels il redonne vie en utilisant des moteurs pour les animer. Tinguely est maître incontestable dont l’œuvre compte parmi les manifestations les plus vivantes de la sculpture du xxe siècle.

Découpant le métal en parfait artisan, assemblant sans ordre apparent les objets les plus divers qui manifestent inlassablement leur tapageuse et bruyante existence, créant par d’incessantes combinaisons les formes animées de ses superbes machines en perpétuel devenir, et cela jusqu’à l’anéantissement, Jean Tinguely a élaboré une des œuvres de sculpteur les plus personnelles de notre époque.

" Alors, j'ai commencé à faire une chose très bizarre : plusieurs samedis et dimanches de suite, j'ai commencé à construire de jolies petites roues en bois, bricolées comme ça, le long d'un ruisseau […]. Aucune idée d'art […]. Dans la forêt, j'utilisais un ruisseau : il faut dire que c'était une forêt de sapins qui formaient une sorte de cathédrale, avec les qualités sonores d'une cathédrale […], les sons s'amplifiaient formidablement bien. J'ai fait jusqu'à deux douzaines de petites roues dont chacune avait sa propre vitesse, et parfois cette vitesse était variable selon la vitesse de l'eau, variable elle aussi. Chaque roue avait une came […]. Une came, c'est une chose qui assure une irrégularité à la roue - tu vois ! Ça frappait, ça actionnait sur un petit marteau qui tapait sur différentes boîtes de conserve rouillées ou pas, des sonorités différentes. Ces sons, ces tonalités, à des rythmes différents, étaient répartis tous les cinq à six mètres, et ces concerts s'allongeaient parfois jusqu'à cent mètres dans la forêt. J'imaginais alors le promeneur solitaire lui aussi dans la forêt, qui entend d'abord ce concert avant d'entendre les bruits de la forêt. Parfois, ça fonctionnait jusqu'à quinze jours, c'était évidemment fragile mais il y en avait quelques-uns qui fonctionnaient pendant des mois. "

L'origine de sa vocation

Adolescent, il fut traumatisé par le bombardement de Bâle. Une  jeune mère allemande, Frau Zorn, avait pris son bébé dans les bras et, alors qu'elle cherchait un abri, elle fut frappée à la tête par un éclat d'obus. L'impact arracha sa calotte crânienne qui resta suspendue, avec les cheveux, au compteur électrique. La jeune femme gisait morte sur le sol. J'enlevai l'enfant de ses bras. Ma mère eut une crise d'hystérie. On dut l'écarter. Je me cachai dans les ruines, attendant l'ennemi. Je crois que s'il était venu, je l'aurais tué. Peut-être cet événement est-il à l'origine des images sombres qui habitent mon art. Qui sait? (Tinguely)

 

Dadaiste et proche du ready made de Marcel Duchamp

Tinguely n’était pas mécanicien, pas plus qu’il n’était technicien ou ingénieur  .Et aux yeux des spécialistes ses machines étaient construites de manière lamentable. Cependant Tinguely possédait le don infaillible de provoquer l’attention des passants, et d’établir ainsi une communication par l’emploi de mécanismes familiers qu’il détournait de leur sens et de leur finalité quotidienne. Avec Euréka une énorme machine conçue pour l’exposition nationale suisse de 1964, cette particularité apparut déjà comme une caractéristique essentielle de son art. Imprégné des œuvres de Marcel Duchamp (Ready-made traduction : objets usuels ironiquement promus œuvres d’art) il s’inscrit dans l’esprit dadaïste qui se manifeste par la bouffonnerie provocatrice et la dérision souvent au cours de manifestations publiques. En 1959, la Biennale de Paris est inaugurée par André Malraux, au Musée d'art moderne de la ville de Paris, avec une machine produisant des peintures en série.[

 

De plus en plus ses sculptures évoluèrent vers des sortes d'œuvres d'art totales, sollicitant simultanément plusieurs sens : la vue, l'ouïe, le toucher et parfois même aussi l'odorat lorsqu'il y avait émission de fumées.

 

Brêve biographie

Sa biographie témoigne très tôt de tiraillements et de tensions entre lui et ses parents. II est fribourgeois et jouit en même temps des droits civiques de la ville de Bâle, dans laquelle il grandit. II semble apprécier cette double appartenance qui lui donne la liberté de choisir et de changer. Ainsi se sent-il, selon son humeur, tantôt fribourgeois, tantôt bâlois. II trouve fréquemment refuge dans les bois des environs de Bâle, afin de s'adonner à la lecture sans être dérangé. Il y réalise les premières œuvres méta-mécaniques : des roues hydrauliques avec effets sonores.

1925 Né le 22 mai à Fribourg; enfant unique de Charles Célestin et Jeanne Louise Tinguely Ruffieux. 1931-1935 Fréquente l'école primaire au " Gundeldinger Schulhaus ".1935-1940 .Jean passe ses samedis chez les scouts catholiques de la " Marienkirche ".1939 Tente de se rendre en Albanie par le train pour soutenir le peuple albanais dans sa résistance contre l'agression de l'Italie fasciste ; arrêté par la police à la frontière suisse, il est renvoyé dans ses foyers.1944 Membre de l'" Union de la jeunesse communiste " (illégale). Plus tard, en tant que membre du "Parti du travail" (communiste), conçoit les pavillons de groupes communistes en 1948, à Paris,1946 Travaille comme décorateur à Zurich.1949-1951 Ses reliefs décorent entre autres les vitrines de l'opticien Ramstein à Bâle1951-10 mai : épouse Eva Maria Aeppli, issue d'une famille anthroposoph952 Octobre : 1952 départ pour la France1953 Au début de l'année, les Tinguely s'installent à Montigny-sur-Loing (Seine-et-Marne). Naissance de leur fille Myriam. Myriam reste chez les parents de Tinguely qui habitent Genève depuis 1949, puis déménagent à Bulle.1954 Le 7 avril, Tinguely se fait à nouveau domicilier à Bâle, au no. 31 de la Sternengasse. Il ne le fait manifestement que pour contourner l'obligation de déclaration en France, où il continue à vivre. vernissage de la première exposition à la galerie parisienne Arnaud.1955 Au début de l'année, il emménage dans un atelier à l'Impasse Ronsin ; il a pour voisins le sculpteur Constantin Brâncuși et d'autres artistes.Fait la connaissance d'Yves Klein.1956 Fait la connaissance de Niki de Saint Phalle.1958 Expose en juillet Mes étoiles. Concert pour sept peintures à la Galerie Iris Clert. Le 17 novembre, présente dans la même galerie, conjointement avec Yves Klein, l'installation Vitesse pure et stabilité monochrome.1959 14 mars : lance d'un avion, au-dessus de Düsseldorf, son manifeste " Für Statik " (Pour la Statique).Réalisation de deux grands reliefs destinés au foyer de l'opéra de Gelsenkirchen. Exposition des " Méta matics de Tinguely " à la Galerie Iris Clert à Paris. soirée " Cyclo matic " organisée à l'ICA (Institute of Contemporary Arts) à Londres. Il s'agit d'un happening avec coureurs cyclistes et machines à dessiner.1960 17 mars: Hommage à New York, manifestation faisant intervenir une machine autodestructrice dans le jardin du Museum of Modern Art, à New York.Première exposition à Berne : Franz Meyer expose Kricke, Luginbühl et Tinguely à la Kunsthalle. fondation du groupe des Nouveaux Réalistes à Paris; en font partie: Arman, François Dufrêne, Raymond Hains, Yves Klein, Pierre Restany, Jacques Villeglé, Gérard Deschamps, ainsi que Martial Raysse et Daniel Spoerri. Vit avec Niki de Saint Phalle à l'Impasse Ronsin.1962 Première exposition particulière à Bâle, à la Galerie Handschin Study for end of the World No.2, près de Las Vegas, dans le désert du Nevada, États-Unis.1963-1964 Réalise pour l’exposition nationale suisse en 1964 à Lausanne la grande sculpture Euréka.1966 Conçoit le rideau de scène et les décors de l'" Eloge de la folie ", ballet de Roland Petit, à Paris.u Moderna Museet de Stockholm, réalisation de Hon, en collaboration avec Niki de Saint Phalle et Per Olof Ultvedt.Première exposition particulière à Zurich, à la Gimpel & Hanover Galerie.1970 Début de la mise en œuvre du Cyclop à Milly-la-Forêt, sculpture promenade géante, réalisée en collaboration avec Bernhard Luginbühl, Larry Rivers, Niki de Saint Phalle, Daniel Spoerri et d'autres. Les travaux sont exécutés avec l'aide des assistants de Tinguely, Sepp Imhof et Rico Weber.victoria, sur le parvis de la cathédrale de Milan, festival organisé pour le dixième anniversaire des nouveaux réalistes.1971 13 juillet : mariage avec Niki de Saint Phalle.1971-1973 Réalisation de la Grande Spirale ou Double Hélice, dans la cour de l'institut d'immunologie de Bâle de la société F Hoffmann-La Roche SA.Rétrospectives à Paris (CNAC), Bâle (Kunsthalle), Hanovre (Kestner Gesellschaft), Humlebaek (Louisiana Museum), Stockholm (Moderna Museet) et Amsterdam (Stedelijk Museum).naissance de Milan, fils de Jean Tinguely et de Micheline Gygax.1980 Tinguely refuse tout d'abord la distinction : un anneau, dit anneau impérial, décernée par la ville de Goslar, puis se ravise sur les conseils de Joseph Beuys. Prix de l'art de la ville de Bâle.1984 De février à avril, à la demande de la Régie Renault, création à Rungis, près de Paris, de Pit Stop, sculpture composée de pièces tirées de voitures de Formule : inauguration de la Fontaine Jo Siffert, don de Jean Tinguely à la ville de Fribourg.Création de Méta Harmonie /il Pandémonium pour le Musée Seibu au Japon. Prix de l'art de la ville de Paris. don du Cyclop à l'État Français.1988: inauguration de la Fontaine de Château-Chinon, conçue en collaboration avec Niki de Saint Phalle à la suite d'une commande passée par le président François Mitterrand. Prix de l'université de Bologne.Prix de l'État de Berne.1989 7 juin : attribution du titre de docteur honoris causa par la Royal Academy of Arts, à Londres.1991Jean Tinguely meurt le 30 août 1991 à l'hôpital de l'île à Berne, il repose à Neyruz, dans le canton de Fribourg.

 Le Cyclope

 

 

les œuvres de Tinguely se font de plus en plus volumineuses. En témoigne une œuvre géante, entreprise en 1968 dans la forêt de Fontainebleau, à Milly, et dont la réalisation s’est poursuivie jusqu’à la mort de l’artiste : le Cyclop, une tête de 22 mètres de hauteur, formée de 600 tonnes de ferraille environ et que l’on peut visiter depuis 1994. Le Cyclop est une œuvre collective, puisque Tinguely y a progressivement associé d’autres artistes : Niki de Saint Phalle, Arman, Spoerri, Soto, César...