La laitière de Jan Vermeer l

La laitière de Jan Vermeer
Vedette  publicitaire des produits laitiers

 La laitière 1658

Huile sur toile 45,5X41cm

Musée de Rijksmuseum, Amsterdam

Signature: Pas signé.

Jan Vermeer naquit à Delft ; il était le fils d’un tisserand en étoffes de soie, qui possédait en outre une grande maison (Mechelen) avec une auberge sur la place du Marché. Par ses origines, Vermeer appartenait donc à la petite bourgeoisie d’affaires qui constituait l’armature de la république hollandaise du XVIIe siècle et dont les peintres faisaient aussi partie. À la fin de 1653, Vermeer fut admis dans la guilde des peintres de Delft, ce qui signifie qu’il avait alors fait pendant plusieurs années son apprentissage chez un maître reconnu : sans doute Leonaert Bramer (environ 1595-1674), le peintre le plus choyé de Delft jusqu’au début des années 1650.

Vermeer fut ensuite élève de Fabritius à qui il doit en partie sa prédilection pour une couleur claire et consistante.Il rencontra Pieter de Hooch qui suivait les cours de Fabritius

A la mort de Fabritius en 1654, le guilde de peintres de Delft perdit de sa renommée ;Le  groupe d'Amsterdam, auquel s'entremêlait le groupe de Haarlem, sa proche voisine, dominait toutes les autres écoles locales. Rembrandt surtout, malgré la rivalité du vieux Hals, à Haarlem, avait pris la tête de l'art hollandais.. Ayant perdu Fabritius, Vermeer  semble avoir eu le désir d'admirer de près le type sur lequel s'était formé si vite son premier maître. Il paraît certain qu'après le désastre de 1651 il alla travailler à Amsterdam, chez Rembrandt ?Thoré-Burger en est convaincu. Il relève l' analogie intime de plusieurs peintures de Vermeer avec le style et l'inspiration de Rembrandt

de

Nombreux experts considèrent ce tableau comme le mieux réussi de toute l'oeuvre de Vermeer. Il est peint dans la clarté d'une cuisine pièce qui appartient à une longue tradition des pays- Bas dont les initiateurs furent Joachim Beuckelaer et Pieter Aertsen au seizième siècle..Sa vision est concentrée sur une la laitière que Vermeer exécute  dans une technique robuste, conformément à l'image qu'il veut projeter. La palette est presque réduite à trois couleurs, le jaune du corsage, le bleu du tablier, l'ocre rouge  de la cruche et de la jatte audacieusement lié au bleu  qui accroît son éclat Les valeurs d'ombre sont remplacées par une modulation de la couleur ou par la pose de couleurs  auprès de nuances mies en valeur; ainsi les tons bruns ou vert posés auprès d'un jaune, un bleu sombre placé auprès d'un bleu clair délimitent les formes des objets.

Au premier plan, la nature morte  d'une grande simplicité et la lumière  ensoleillée projetée par la fenêtre  illumine un mur de cuisine nu blanc, contre lequel la silhouette de la laitière se détache; Cette scène trompeusement simple dans sa construction  dégage une force extrême ; le mouvement des formes est si heureux que l'oeil du spectateur va sans cesse de la table au visage rehaussé de blanc et de rose et du visage à la table;

En 1888, Vincent Van Gogh écrivit à Emile Bernard " On peut trouver dans ce tableau de Vermeer l'échelle complète des couleurs. Son emploi du jaune citron, du bleu pâle et du léger gris caractérise Vermeer comme le noir, le gris et le rose caractérise le travail de Vélasquez"Comme Rembrandt Vermeer propose son univers et cet univers est poésie.