marqueur eStat'Perso

 Michel Angelo Merisi dit  el Caravaggio

1571 - 1610

Ce Maître du clair-obscur expie  sa vie riche en scandale par des   toiles composées avec une foi profonde
 

En bref  Michel Angelo Merisi, dit Le Caravage, est probablement né à Milan en 1571. Sa vie dissolue, riche en scandales, conserve encore aujourd'hui une réputation sulfureuse. Il grandit à Caravaggio avec sa famille, ce qui lui vaudra son nom d'artiste, avant de s'installer à Rome. Dès ses premières années dans la capitale, il se forge une réputation d'homme violent et querelleur, à la sexualité scandaleuse, fréquentant les bas-fonds et les tavernes. Il est souvent obligé de fuir les conséquences judiciaires de ses rixes et duels.

Vivant dans le dénuement, il copie des tableaux religieux, avant d'être remarqué par le Cardinal Del Monte, qui le met sous sa protection et l'héberge dans son palais. Grâce à cet influent mécène, il reçoit des commandes importantes, notamment pour le clergé. Bien que plusieurs de ses oeuvres soient refusées par leurs commanditaires, jugées trop vulgaires, voire scandaleuses, les commandes continuent à affluer. Toujours aussi bagarreur, il connaît plusieurs séjours en prison et à l'hôpital. Il peint une grande partie de ses tableaux les plus réputés à cette période.

En 1607, suite à une rixe, il tue en duel son adversaire. Il doit alors fuir et commence un long périple en Italie. Rattrapé par sa réputation, il est rapidement jeté en prison et ne doit son salut qu'à son évasion. N'ayant d'autre souhait que de rentrer à Rome, il cherche à obtenir la grâce du Pape. Apprenant que ce dernier serait disposé à la lui accorder, il s'embarque sur un bateau pour se rapprocher de la capitale. Mais, arrêté, il tombe malade en prison, et, relâché, se retrouve seul, perdu et fiévreux. La légende dit que, dépité, il erra sur la plage en plein soleil et finit par mourir dans des conditions mal élucidées

Le premier pas de Caravage vers la célébrité et l'apparition du clair-obscur dans ses tableaux

L'évènement qui transforma sa vie d'artiste fut sa rencontre avec le cardinal Francesco Maria Bourbon DEL Monte qui résidait officiellement  au palais Médicis à Rome vers les années 1595-1596. Caravage , jeune homme sans argent, très mal vêtu découvrit un milieu de culture et de vie particulièrement raffinées. Ce cardinal était amateur fervent de science; amateur de chimie il s'y adonnait dans une petite pièce de sa villa de la porta Pinciana. Sans doute transmit-il à Caravage quelque chose du savoir ancien touchant la perspective, la projection des ombres et la rationalisation des données naturelles. C'est à ce moment qu'apparaissent les premières lumières transversales au fond des tableaux de Caravage.Les splendides effets de la lumière réfléchie dans l'eau du vase du jeune garçon mordu par un lézard qu'il peignit avec la transparence de l'eau et du verre, avec des reflets de la fenêtre d'une chambre et avec sur les fleurs une fraîche rosée  fut jugée par Caravage comme l'oeuvre la plus belle qu'il eût jamais faite. Son tableau des tricheurs  peint avec une grande fougue atteint une des sommets de sa période dit juvénile. Un flux de lumière plane  et d'ombres tempérées le climat  de la composition tout entière.

Avec les toiles de la chapelle Contarelli, Caravage devient célèbre

Le bénéfice le plus important que retira Caravage de ses relations avec le Cardinal DEL Monte fut la commande des toiles de la chapelle Contarelli à St Louis des français. c'est la vie de St Mathieu qui inspira les sujets  représentés sur les murs de la chapelle.Le Martyre de St Mathieu fut sa première oeuvre publique à plusieurs figures. L'histoire est celle du roi d'Éthiopie Egippus , de son fils Hirtacus et de Mathieu, lequel fut tué sur les ordres d'Hirtacus  pour avoir osé s'opposer à son amour pour Efigenia, fille du roi défunt, qui avait fait voeu de chasteté.. L'élément le plus remarquable  est l'introduction d'un autoportrait dans la figure qui émerge du fond à gauche du bourreau.. Cette composition mouvementée rappellent les oeuvres du Tintoret,et de Miche Ange.

IL peignit aussi la vocation de St Mathieu. on constate à cet effet, que la figure de saint Pierre a été ajoutée et qu'elle cache en partie celle du Christ. Conformément au thème canonique, le tableau montre comment Jésus, passant dans une rue avec ses disciples appela à l'apostolat Matthieu qui sous le nom de Lévi d'Alphée, travaillait dans un bureau des impôts.. C'est un ensemble où l'ombres et de lumières dévorent les détails.

La conversion de St Paul apparaît sur la toile exposée sur la paroi latérale droite de la chapelle. Ici, Caravage adopte l'iconographie de la grande lumière aveuglante et représente Paul les yeux ouverts mais dans l'instant suprême de l'aveuglement qui précède les paroles que lui adresse jésus..Paul écarte les bras en signe de totale soumission. L'extraordinaire rôle figuratif réservé au cheval frappe les esprits.l'animal évoque l'irrationalité du péché, maîtrisé par la raison , elle même symbolisé par le palefrenier selon l'expert Maurizio Calvesi.

 

 

VOLÉE PAR LA MAFIA

Volée en octobre1969 dans une église de Palerme, la Nativité avec saint François et saint Laurent, une des dernières toiles du Caravage, peinte en 1609, soit un an avant sa mort, figure toujours parmi les oeuvres d’art recherchées par Interpol. Toutefois, l’année dernière un repenti de la Mafia a affirmé lors d’un procès à Rome qu’elle avait disparu dans un incendie. Elle aurait brûlé dans les années 1980 avec le bâtiment agricole dans laquelle elle se trouvait et qui appartenait à un clan de Cosa Nostra. Endommagée lorsqu’elle avait été détachée de son cadre, elle avait, d’après ce repenti, perdu son acheteur clandestin et aurait été laissée là, à l’abandon. Déjà des rumeurs disaient qu’elle avait été détruite lors du tremblement de terre de Naples en 1980, d’autres évoquent un collectionneur en Afrique du Sud... Espérons qu’elle aura plus de chance que L’arrestation du Christ, peinture datant d’environ 1602 attribuée au Caravage, volée en 2008 à Odessa et retrouvée par la police en juin à Berlin alors qu’elle allait être vendue.

 

Ou se trouve la dépouille du Caravage ? Comment est-il mort ? Malaria, syphilis ou meurtre? ‘une énigme?

 "Quatre cents ans tout juste après les faits, l’affaire défraie plus que jamais la chronique. En Italie notamment où un certain Silvano Vinceti fait analyser quelques fragments d’os.pour comparer leur ADN à ceux de six personnes considérés comme les descendants de l'artiste. Cet ancien présentateur de télévision, personnalité pour le moins controversée de l’histoire de l’art, s’est improvisé détective.

En attendant, le 21décembre2009, il organisait un véritable show qui mettait en ébullition le petit village toscan de Porto Arcole. C’est là que la chronique situe la fin de Michel Angelo Merisi, alias le Caravage, jeune virtuose issu de la moyenne bourgeoisie lombarde, remarqué et protégé pour son art par plusieurs cardinaux, un temps peintre officiel de l’église, et délinquant récidiviste.

Sous les flashs de photographes de presse et les camé ras de télévision, un de ses adjoints en combinaison de spéléologue a exhumé divers restes humains entassés sous une chapelle communale. Ceux-ci, placés dans des boîtes en aluminium, ont été prestement envoyés au département d’anthropologie de la faculté de Ravenne où des représentants de quatre grandes universités italiennes - Bologne, Pise, Aquila et Lecce - procèdent depuis aux examens nécessaires à une éventuelle identification.

Le paludisme est une possibilité: au XVIIe siècle la côte longée par le Caravage, à commencer par la région de Porto Arcole où il ne pensait faire qu’une escale avant de rejoindre ses puissants mécènes de la Ville éternelle, était infestée de moustiques. La syphilis en est une autre hypothèse. La fréquentation du peintre de plusieurs prostituées est attestée par de nombreux rapports de police et par sa peinture même. Anna Blanchini aurait servi de modèle à sa Madeleine repentante. Fillide Melandroni serait sa sainte Catherine d’Alexandrie,  sa Marie Madeleine se convertissant et sa Judith égorgeant Holopherne, Lena Antognetti aurait posé pour la Madone des pèlerins et la madone aux serpents. quant à la courtisane Catherina Vannini, trouvée noyée en 1606, son cadavre fait une vierge morte outrageusement réaliste dans le tableau du Louvre"

Ses frasques

Autre hypothèse on sait que le Caravage avait à ses basques des ennemis déterminés. D’abord des sicaires de la famille de Ranuccio Tomassoni, l’homme qu’il avait  embroché lors d’une rixe à Rome. Ensuite, des Espagnols que ce bouillonnant partisan du camp français aimait provoquer dès qu’il en avait 1 occasion Enfin des membres de l’Ordre de Malte dont le grand maître Alof de Vignacourt, pourtant sujet d’un magnifique portrait en amure d’apparat, se sentait bafoué, composées A La Valette, il avait accueilli le peintre en faisant table rase de ses crimes  et frasques. Tel était le prix à  payer pour s’adjoindre les services du maestro, nouveau héraut de la contre-réforme. Mais l’esprit querelleur avait repris le dessus. Cette cervelle folle  qui  tenait a son épée de prétendu aristocrate autant qu’à ses pinceaux avait blessé un chevalier. Pire, il s’était ensuite évadé de la prison de 1’ Ordre, réputée inviolable,

Ce n’était pas le genre du Caravage de faire le dos  rond. Il avait préféré un nouveau scandale et fuir effrontément La Valette. Vers Messine, Palerme, Naples, dans l’espoir désormais franchement ténu d’un pardon qui ne  pouvait venir que du Vatican. Ce divin salut, ce fervent croyant l’avait en fait quêté toute sa vie. Il n’avait simplement pas prévu que son chemin de croix s’interromprait 160 kilomètres plus au sud, sur une petite plage, dans la zone marécageuse d’Ortebello. Et, quelques heures d’agonie plus tard, un 18 juillet, entre les murs de l’infirmerie de San Sebastiano, près de Porto Ercole.

Des archives retrouvées en 2001 indiquent une inhumation provisoire dans le cimetière paroissial, dans l’attente d’une requête en restitution qui n’est jamais venue. Le lieu ayant été détruit en 1956 pour faire place à un petit port, les sépultures qui l’occupaient avaient auparavant été vidées et les restes entassés pêle-mêle à l’endroit fouillé par Vinceti"( Eric Biétry-Rivierre)

Son héritage artistique

 "Michel Angelo Merisi fut assez grand peintre pour que ses toiles conservent ce qui était important de lui. Qui était-il ? Regardons. Son Bacchus malade, ce témoin d’arrière-plan assistant accablé au martyre de saint Matthieu, cet autre brandissant une lanterne au passage du Christ lors de son arrestation, et surtout ce Goliath décapité par David, voire ces anges aux pieds malpropres et cette signature dans le sang du Baptiste, sont autant d’autoportraits

Ses toiles, méditées et composées avec une foi profonde, représentent le plus souvent des scènes tourmentées. Ainsi devait l’être son âme si pécheresse et en même temps tellement assoiffée d’idéal. Paradoxalement, elles sont réalisées avec une grande précision technique. Serait-ce là. dans cette facture impeccable, cette glorification du vrai, ces gestes, ces ex pressions, ces couleurs et ces lumières si justes et éloquentes, l’empreinte d’une expiation de cette violence instinctive qui lui gâta la vie ?

Cette tension entre le bien et le mal, l’idéal et le trivial, le saint et le pécheur, l’homme et la bête, les ténèbres et la lumière a dû en tout cas être usante. Sans doute est-ce dans cette interprétation psychologique, plus sûrement que dans quelques improbables fragments d’os, que gît la vérité sur la cause de la mort du Caravage l’ombrageux"