Saint Jérôme de Caravage Tapez le sous Koszta Csontvary 1853 marqueur eStat'Perso

Koszta Csontvary
1853-1919
"le Van Gogh maggyar"

 

Artistes Princes ou clochards


Ce refus de cette torpeur bourgeoise permit à certains peintres de s'exprimer. C'estd'abord Mihaly Munkacsy dont les tableaux nagent dans des bruns sombres dignes des peintres flamands. C'est Laszlo Mednyanszky, vagabond excentrique qui passa ses nuits dans les asiles pour clochards mais qui parvint à poursuivre plus avant cette vague d'expressionnisme. Il y eut aussi, Pal Szinyei Merse qui ignorant l'impressionnisme peignit en 1873 un joyeux déjeuner sur l'herbe ci-dessous illustré. Il y eut enfin Lajos Vajda qui apporta par ses collages, ses icônes, ses masques mortuaires et ses fantastiques dessins au charbon à l'art Hongrois ce qui lui manquait: un peu d'émotion et d'humanité.

Koszta Csontvary peintre illuminé - vignettes imprimées de ses oeuvres


Surnommé "le fou illuminé" dont les oeuvres sont depuis imprimées sur des timbres recherchés par les philatélistes. Voici comment Il raconte son histoire: Assistant pharmacien, il trace un jour, sous l'impulsion d'une Force mystérieuse, un dessin des Carpathes sur une feuille de prescription. Arrivant dans son dos, le pharmacien s'exclame: «Mais vous êtes un artiste né!» Une fois dans la rue, Csontvary entend alors dans son dos une voix qui lui dit: «Tu seras le plus grand peintre de plein air du monde, Plus grand   encore que Raphael. " Afin de réaliser ce rêve imposé. Csontvary, pendant vingt ans, écononomise, voyage et étudie dans les académies d'Europe. Il commençea ses études d'art en 1894; En 1895 il voyagea en Syrie et l'Italie; peignit et étudia les paysages. Il travailla pendant quatorze ans pour devenir financièrement indépendant et commença à étudier la peinture à l'âge de quarante et un ans : d'abord à Munich , ensuite à Karlsruhe sous Kallmorgen.
Sa période créatrice fut très courte. il peignit ses principaux tableaux entre 1903 et 1909 et réalisa environ cent peintures et vingt dessins -
Son style individuel le plus probant est le cèdre solitaire" et "la Tempête sur Grand Hortobágy" - réalisés en 1903. Une immense toile de trois mètres Sur presque six , qu'il considèrât lui-même comme un époustouflant chef-d 'œuvre à faire connaître d'urgence au monde. Avec son ciel jaune brûlant rayé de violet, ses montagnes bleues sombres, sa mer blanche et ses ruines rougeoyantes, cette vision fauve anticipa de près d'un demi-siècle sur les paysages siciliens de Nicolas de Staël.

 

.

autoportrait

cèdre du Liban

Ruine du theâtre grecque

timbre Samson et Dalida

Baalbeck

 

 

Bref Rappel Historique


Après le trou noir de l'occupation turque, la Hongrie autrichienne des XVII eme et XVIII eme siècles entretenait des rapports orageux avec la Maison d'Autriche. cette dernière voulait imposer l'allemand comme langue utilisée par l'Administration. Une révolte éclata et se poursuivit jusqu'à l'insurrection nationale de 1848 conduite par le poète Sándor Petófi . Elle fut étouffée après des répressions sanglantes et le départ en exil de Gyula Kossuth qui mena la résistance contre l’Ancien Régime. la Hongrie fut réduite au rang de province autrichienne . C'est à ce moment là, en 1853 que naquit Koszta Csontvary à Kissbezen. Les artistes hongrois étaient plongés dans un conflit intérieur . Ils refusaient de se plier à la manière de vivre, confortable, bourgeoise, calfeutrée de l'époque. Ce repli sur soi se traduisait aussi par une réaction nationaliste. C'est l'époque du style Biedermeier ,style bourgeois qui s'appliquait à tous les arts décoratifs et aussi à la peinture et à la sculpture.

"le Van Gogh maggyar"

 

"Baalbeck" est la dernère oeuvre de cette période, qui a été caractérisée principalement par son panthéisme et par son utilisation expressive de couleurs.
De plus en plus agité et malade, sans cesse raillé pour sa soi-disante maladresse et ses missives un peu folles au ministre hongrois de la Religion et de l'Education publique, il finit enfermé à l'hôpital Janos de Budapest et meurt dans l'indifférence le 20 juin 1919.
ses peintures devinrent les premier grands succès de l'art moderne en Hongrie. .Le génie de Koszta-Théodore Csontvary est une sorte de "Van Gogh Magyar mâtiné du Douanier Rousseau" L'Etat Hongrois l'a honoré en imprimant ses oeuvres sur des vignettes dont certaines d'entre elles sont ci-dessous illustrées.