Tommaso di Giovanni cassai dit Masaccio

Tommaso di Giovanni cassai dit Masaccio

1401 - 1429
  inaugure l'ère moderne de la peinture en utilisant les principes  de perspective scientifique dans son oeuvre

 

Masaccio (1401-1429), fut le premier grand peintre de la Renaissance italienne, dont les innovations dans l'utilisation de perspective scientifique ont inauguré l'ère moderne dans la peinture.

Masaccio grand novateur  de la Renaissance et grand interprète du  néo-giottisme

  Il est le seul peintre que cite Leon Battista Alberti, dans la dédicace de son Traité de la peinture (1436), parmi les grands novateurs de la Renaissance, avec l'architecte Filippo Brunelleschi et les trois sculpteurs Donatello, Lorenzo Ghiberti et Luca Della Robbia, artistes dont le génie est tel qu'on ne peut « les faire passer après aucun artiste aussi ancien et fameux qu'il soit dans ces différents arts ».  Longhi, autre expert  ajoute que  Masaccio proposa une  nouvelle interprétation de l' âge d'or de l'histoire florentine : le jugeant ainsi comme le « vrai » Giotto, c'est à dire exécutant  une peinture  réduite à son essence plastique, « pure et sans ornement », ce que le Giotto de l'histoire ne réalisa pas. Pourtant, "Giotto avait  pleinement conscience de la perspective"  s'exclama Longhi en voyant  les deux embrasures gothiques  avec, suspendues à la voûte, des luminaires en forme de cage.(voir giotto-images)comme des chapelles secrètes..Si c'est le cas? Pourquoi Giotto, le maître de la chapelle Scrovegni, n'accorda-t-il pas d'importance à cette découverte. Il conclut:"en fait de Giotto "spazioso"jusqu'à la venue de Masaccio "propectivo"la troisième dimension demeurait escamotée

Cette illusion en  trois dimensions  est exprimée ouvertement dans son tableau de "la Trinité" exposé dans l'église Santa Maria Novella à Florence ou le Christ sur la croix apparaît en relief  dans cette niche voùtée. auprès de Marie et de Jean l'évangéliste  Cette apparition en relief est le fruit  de calcul  et non plus de principes de géométrie empirique  du Moyen âge ; Elle fait entrer en compte  une conception nouvelle de l'espace  opposant l'effet statique des volumes au dynamisme des lignes qui se prolongent dans l'espace; C'est auprès du grand architecte Brunelleschi  et du Sculpteur Donatello que Masaccio appliqua cette nouvelle conception de l'espace

Masaccio et  Masolino

Masaccio  fut dès le début l'enfant chéri du groupe des novateurs qui se réunissait autour de Brunelleschi. Il faut se rappeler les dates des premières œuvres « renaissantes » de Brunelleschi et de Donatello pour comprendre comment, vers 1420, à l'âge de dix-neuf ans, Masaccio était un artiste entièrement formé qui pouvait  avoir son propre atelier, et aussi diriger  d'autres artistes. Il ne le fit pas, voulant échapper au système trop pesant de l'atelier; il préféra choisir de  travailler  à son compte. Son choix se porta sur le statut juridique du Compagnonnage c'est à dire  une collaboration  avec un autre artiste  pour  le traitement d'une commande dans un temps déterminé.; C'est ainsi, qu'il se lia à Masolino  pour traiter la Madone entourée de 4 anges en 1426. Chacun conservant sa  propre personnalité  mais se répartissant le travail selon des méthodes rationnelles. . toutefois cette composition fut attribuée à Masaccio qui peignit  La Madone et l'enfant qui se trouve au centre du tableau.et 3 des anges.le  quatrième ange étant peint par Masolino.  Lequel  fut réalisé par Masolino ?  une intrigue résolue par Longhi !  ce serait  l'ange se trouvant en bas à droite du tableau..

Masolino coupable d’avoir invité le jeune Masaccio à le rejoindre sur les échafaudages de la chapelle Brancacci,

 Pourquoi Masolino fit-il appel dès 1424 à Masaccio ? Par amitié sans doute , parce qu’il avait trop de travail aussi. Le fait est que « la Madone à l’Enfant avec sainte Anne » (Offices) commandée à Masolino devint pour la plus large part «  la Madone, Jésus et l’ange » une oeuvre de Masaccio;

Pourtant, La réputation de Masolino n’était plus à faire lorsqu’il se vit confier, en 1425, par un riche soyeux, Felice Brancacci, la décoration de sa chapelle à Santa Maria del Carmine.Dans quelle mesure la présence de Masaccio s’y fait-elle sentir ? Ce fut un  long sujet de perplexité, sinon de divagation d'historiens. Longhi n’hésitait pas à souligner l’emprise, pour ne pas dire l’envoûtement exercé par le cadet sur l’aîné : assurément la mise en place de la perspective brunelleschienne perturbant soudain la sérénité d’un monde conventionnel; Masalino saisit l'offre d'un voyage en Hongrie pour planter le chantier  que d'ailleurs Masaccio n'acheva pas lui-même

Au départ de Masolino, le décor fut continué par Masaccio qui, partant pour Rome, l’interrompit, à son tour, vers 1427-1428. En 1438, Felice Brancacci partit en exil et la chapelle resta en l’état où l’avait laissée Masaccio jusqu’en 1488, année où les travaux furent terminés par Filippino Lippi.

 

 

 

Fresques à la chapelle Brancacci, église des Carmes, Florence (suite)

On s’accorde pour situer le début des travaux aux environs de 1424. Mais, en 1424, Masolino travaillait à Empoli où l’on trouve un paiement du 2 décembre de cette même  année pour du travail effectué. Il faudrait donc placer la chapelle Brancacci ou en 1423 — pas avant, car un testament rédigé par Felice Brancacci en juin 1422, à l’occasion d’un voyage, ne mentionne point la commande des fresques et celle-ci ne put être passée qu’à son retour, en février 1423, — ou en 1425, année où la présence du peintre aux Carmes est attestée par un autre petit travail.

Cliquer pour obtenir agrandissement

Masacio fresque gauche

Masolino fresque gauche

 

Masolino a décoré la voûte, plus tard recouverte d’un badigeon irrémédiable. Elle comportait les Quatre Evangélistes, les premières histoires de Pierre en trois demi- lunettes La Barque, la Vocation, le Renie ment et deux autres fresques (que Vasari attribue à Masaccio). Sur les murs, il reste aujourd’hui de Masolino Le Péché Originel, — La Guérison d’un infirme et la Résurrection de Tabitha, — La Prédication de Saint Pierre sur la fresque droite ci-dessus illustrée

Masaccio Masaccio-tribut donne un éclairage sur la fresque gauche de la chapelle réalisée en grande partie par Masaccio comme l'indique ci-dessous Vasari Vasari donne le premier une liste des fresques qu’il attribue à Masaccio. Il en résulte que deux au moins ont été détruites au moment de la réfection de la voûte. Dans l’état actuel, on s’accorde pour assigner à Masacclo qui, après le départ de Masolino (entre 1425 et 1427), aurait seul continué les travaux, les fresques suivantes Saint Pierre baptise les néophytes, Adam et Eve chassés du Paradis, Saint Pierre guérit les infirmes en faisant passer sur eux son ombre; Le Tribut, Saint Pierre distribue aux pauvres les biens de la communauté, et partielle ment : Saint Pierre ressuscite le fils de Théophile, préfet d’Antioche, et il est adoré par les fidèles, fresque terminée par Filippino Lippi

 

Notes biographiques

1401Masaccio, à l'origine nommé Tommaso Cassai, est né le 21 décembre,. dans Giovanni San Valdarno, près de la Florence, en 1422 Il rejoint la guilde des peintres Florentins. Il doit  Son style remarquablement individuel a  aucun peintre , sauf probablement  à Giotto. le grand maître  du 14 eme siècle  Il  fut fortement placé  sous l'influence de l'architecte Brunelleschi et le sculpteur Donatello, tout les deux étaient ses  contemporains en Florence. De Brunelleschi il a acquis une connaissance des  proportions mathématique qui était cruciale  pour comprendre les  principes de la perspective scientifique ;  De Donatello il a absorbé une connaissance d'art classique qui l'a emmené au style Gothique. Il a inauguré une nouvelle  approche de  la peinture  qui permit  de donner une vision nouvelle du monde fondée non plus sur une surface plane  mais sur une perspective linéaire, fruit de spéculation mathématiques savantes acquise auprès de Brunelleschi et Donatello;  il fut aussi l'initiateur  d'une  esthétique nouvelle du corps humain obtenue par par un positionnement  d'aplomb  et grâce à la robustesse inusitée des figures: cou puissant et court, assise très large de la tête, carrure démesurée et des jambes solides et musclées . il fut  un des  fondateurs de la Renaissance. Avec  Brunelleschi et Donatello, En 1424, il figure sur les registres de la Compagnie de Saint-Luc Aux environs de 1425, croit- on, il peignit la Sagra (Consécration de l’église des Carmes à Florence), dont on trouve la description dans les sources anciennes, mais qui fut détruite en 1612, lors de la restauration du cloître des Carmes. C’est la date probable du début de sa collaboration avec Masolino à la chapelle Brancacci. Au début de 1426, traces d’une commande de polyptyque par les Carmélites de Pise. II est probable que l’artiste fut recommandé aux Carmélites de Pise par ceux de Florence. On sait que Donatello travaillait également à Pise à la même époque. Il eut une commande de Sainte-Marie-Nouvelle, mentionnée par les sources qui ne précisent pas la date. Malgré cela, il est toujours dans la misère. En juillet 1426, il se présente au cadastre de Florence (institution chargée de déterminer les taxes à payer par chaque citoyen) et y confesse de nombreuses dettes. Est-ce pour chercher fortune qu’il interrompit la décoration de Brancacci et partit pour Rome ? Y fut-il entraîné par Masolino qui s’y est rendu, sans que l’on sache exactement à quel moment ? Toujours est-il qu’il arriva dans la Ville en 1428 et qu’il y est mort entre 1428 et le 18 novembre 1429 dans des conditions demeurées mystérieuses.