Nus et Sensualité dans l

Nus et Sensualité dans l'art

              La nudité c'est la vérité, c'est la beauté vers une  allégresse  cosmique

l

Les hommes de la Renaissance trouvaient tout naturel que le nu puisse éveiller des pensées luxurieuses, mais ils ne voyaient pas en cela une raison pour nier la qualité artistique de l’objet. La légende est riche d’anecdotes tirées de l’amour de l’homme pour une statue: Pygmalion; Henri Heine et Oscar Wilde se sont aussi inspirés de cette légende, et la contemplation morbide des statues est un thème traité même par les romanciers modernes (par exemple A Fairly Honourable Defeat d’Iris Murdoch, Londres, 1970). L’expédient qui consiste à couvrir avec des lambeaux d’étoffe ou des feuilles les parties sexuelles des nus est l’aveu implicite de l’ambivalence de la représentation du nu. Tout dépend de la disposition du spectateur:

Kenneth Clark
  trouvait du sex-appeal à une composition géométrique suggestive de Brancusi. Mais si l’élément de l’appel au sexe est inévitable dans la représentation même abstraite du nu, ce qui tranche la question de la pornographie est la présence dans l’œuvre, au-delà de cette donnée naturelle, d’une valeur esthétique. Kenneth Clark s’interroge justement: «N’est-ce pas parce que certaines formes quasi géométriques sont des images simplifiées des formes qui nous plaisent dans le corps féminin qu’elles nous sont agréables?... Cette union inattendue du sexe et de la géométrie prouve que l’idée du nu est liée très profondément à nos notions les plus élémentaires d’ordre et de dessin.»

                     

Le Titien

Le repos de Vénus illustré ci-dessous est un autre thème qui permet de mettre en évidence la beauté et l’attrait du corps de la femme. Titien a donné plusieurs interprétations de ce sujet, entre 1540 et 1550, où il montre la déesse nue, mollement couchée sur un lit, parfois seule et parfois accompagnée d’un jeune homme qui joue de l’orgue tout en la contemplant.

                                              

Tintoret
Dans sa représentation du viol de Lucrèce, la scène est violente ; tout semble s’effondrer sous l’assaut de l’homme qui arrache les derniers vêtements d’une Lucrèce en équilibre instable, au corps projeté vers l’avant.

                                        

Ingres

A côté du portrait bourgeois, qui est un des genres les plus importants du XIXème siècle, Ingres peignit surtout des nu féminins. Sa grande Baigneuse de 1808, dite Baigneuse de Valpinçon, dénote encore la hardiesse de l’innovation qui caractérise les tableaux peints par David à l’époque de la Révolution

Ce tableau de la "grande odalisque"ci-dessous exposé fut exécuté pour Caroline Murat, reine de Naples,; Il  fut inspiré par le portrait de David de Madame Récamier. Le style, le corps aux formes allongées semble être emprunté aux maniéristes Toscan du XVIe siècle

Goya

le nu féminin avait été l’objet de représentations croustil1ante et érotiques dans la peinture rococo. Ici, la sensualité réside dans le plaisir éprouvé à la vue de la silencieuse beauté des choses dans un espace baigné de lumière dont elles reprennent l’ordonnancement de verticales et d’horizontales. Le tableau s’apparente à une nature morte. Seule la présence des choses importe. L'être humain en fait ici partie dans la mesure où l’individualité qu'exprimerait le visage se soustrait à la représentation, le corps s'apparentant ainsi à la muette présence de la matérialité baignée de lumière qui l’entoure

Goya avait épousé les intérêts et les petites passions de sa protectrice, la duchesse d’Albe. La duchesse et la reine, fort occupées toutes deux de galanterie, s’entendaient très-bien, mais des rivalités, des jalousies, ne tardèrent pas à éclater; Goya poursuivit alors de son crayon moqueur les amants de Maria-Luisa et sa Majesté elle-même.

 

Les impressionnistes

L'impressionnisme est essentiellement un art de vérité;  L'interprétation impressionniste témoigne d'une intelligence, certes spécifiquement picturale, mais infiniment plus efficace que maints propos prétentieusement doctrinaux. Car ces peintres sont avant tout des peintres. Voulant réhabiliter ces matérialistes impénitents, devant une bourgeoisie fallacieusement assoiffée d'idéal, un défenseur des impressionnistes a réclamé pour eux le bénéfice des circonstances atténuantes, assurant que devant leurs tableaux, on ne sait " où est la limite entre le réel et l'irréel". Rien n'est plus faux. Les impressionnistes sont de fervents réalistes. S'ils ont rencontré la poésie - et ils l'ont rencontrée - ce n'est assurément pas en cherchant l'évasion chère aux porteurs de lyres des images d'Epinal, c'est au. contraire, en exaltant la beauté contenue dans le spectacle du nu

Qui sont-ils:

Manet 

En 1865, Manet y exposa Olympia (1863, musée d’Orsay, Paris), un nu inspiré de la Vénus d’Urbin de Titien et dont le réalisme peu orthodoxe souleva des vagues de protestations au sein des cercles académiques. La matière est superbe; pure, dense, serrée, elle a la beauté d'un émail, la fraîcheur  et l'éclat d'une rose qui vient de s'épanouir. Jamais on ne discerne d'hésitation. Il tire un parti beau et juste des ressources qu'offre la peinture à l'huile.

    

Voir la biographie  Manet

Jean Renoir

« Un sein, écrit Renoir, c’est rond, c’est chaud. Si Dieu n’avait créé la gorge de la femme, je ne sais si j’aurais été peintre. »

    

 

Jean Renoir

La peinture de Renoir, d'abord influencée par Courbet, trouve son premier accomplissement dès 1867, et sa Lise est une oeuvre où déjà se trouvent fixé les grands thèmes chers à Renoir : la lumière et le corps de la femme.





Voir la biographie d' Auguste Renoir

Le Post-impressionnisme

Toulouse Lautrec

Au début de sa carrière il peignit quelques nus masculins mais ses meilleurs nus représentent les femmes. D'habitude  ses modèles sont des femmes à l'âge avancé. Il s"inspirait de Degas.

    

Beaucoup de ses tableaux représentent des prostitués parce qu'il les considérait comme des modèles idéaux pour leur spontanéité à ce mouvoir déshabillés sans chichi dans les scènes d'amour comme ici dans le lit.

Gauguin

un grand poète, tel que le définira Mallarmé : " ...un homme qui s'isole pour sculpter son propre tombeau ".par cette citation : " Dieu n’appartient pas au savant, au logicien. Il est aux poètes, au Rêve. Il est le symbole de la beauté, la beauté même"

            

L'érotisme

La femme devient le thème exclusif; L'artiste la saisit nue ou somptueusement parée, en mouvement, assise, debout couchée

Modigliani

C’est dans la série des nus, exécutés en 1916 et 1917 , que l’on peut admirer toute la puissance expressive de la ligne, toute la chaleur sensuelle qui en émane. Cependant, si Modigliani est sensible avant tout au rythme, à la poésie des lignes, il sait aussi en rompre le contour, l’adapter à la psychologie de chacun

  

Klimt

Les femmes sont choyées, très désirables et dominent le monde ? Ivres de plaisir, elles vivent dans un univers irréel et onirique où rien ne peut les atteindre de ce monde qui s’effondre"; L’artiste vit avec ses maîtresses et ses chats.

    

Le cubisme et le fauvisme

Au cours de leurs cheminements différents et en confrontant leurs travaux et leurs réflexions ,d'autres  peintres vont oser rompre les liens qui unissent leur peinture à l'art imitatif . Une émulation entre eux va alors se créer . Il va en sortir "le nu bleu, souvenir de Biskra" de Matisse , " les baigneuses " de Derain, et " les demoiselles d'Avignon" de Picasso. 

Picasso

est un des promoteurs du mouvement à géométriser les formes de la nature, ainsi que celle du corps humain. C’est avec les Demoiselles d’ Avignon que ce nouveau style explose. En 1910 Braque et Picasso élaborent une autre formule celle du cubisme analytique. C'est par l'incorporation de la lumière à la forme et en en identifiant tous ses jeux à des modifications de structure que le cubisme analytique prend jour. Un reflet devient un plan, et, modelée par la lumière, la forme est taillée par elle en facettes multiples, comme un diamant ciselé par un joaillier.  

         

Matisse

Auparavant, Matisse avait peint " le bonheur de vivre " reflet total de Gauguin pour les couleurs mais aussi d'Ingres pour la composition. Cette oeuvre est considérée comme l'une des sources de l'Art du XX ème siècle, au même titre que" les demoiselles d'Avignon".
Le"  bain turc " d'Ingres avait influencé Matisse dans sa composition du "bonheur de vivre"; "les demoiselles d'Avignon " considéré comme la première peinture cubiste s'est inspiré de l'oeuvre de Matisse et de celle de Derain.
Matisse, Picasso , deux grands rivaux qui ont joué le plus grand rôle dans la peinture du XX ème siècle. L'un , le chantre de la couleur faisant écho à l'autre, le briseur de formes.