Le Pop Art

Le Pop Art
 

Le Pop Art

Le pop art représente en réalité un tournant dans l'histoire de l'art moderne. D'apparence simpliste, son iconographie fut l'objet de critiques faciles, mais les artistes pop, conscients des enjeux esthétiques de leur travail, furent à l'origine de bien des développements artistiques des années soixante-dix et quatre-vingt, et, en dépit du mépris intellectuel dans lequel ils furent tenus, nombre d'entre eux sont devenus des artistes influents et reconnus:
Les artistes pop, conscients des enjeux esthétiques de leur travail, furent à l'origine de bien des développements artistiques des années soixante-dix et quatre-vingt, et, en dépit du mépris intellectuel dans lequel ils furent tenus, nombre d'entre eux sont devenus des artistes influents et reconnus. le Pop Art a eu dans ses rangs de grands novateurs d'Amérique,Warhol, Rosenquist et Lichtenstein, Gerhard Richter et Sigmar Polke en Europe, artistes dont l'œuvre a dépassé les limites expressives du mouvement qui a inspiré leurs premières créations. Galerie des tableaux: Warhol,Rosenquist,Lichtenstein

 

À l'automne de 1962, l'exposition The New Realist (Galerie Sidney Janis New York) réunit tous ces artistes et consacre la naissance du pop art, inaugurant une série d'expositions collectives qui parcoururent les États-Unis de 1963 à 1965. Les artistes présents sont Roy Lichtenstein, James Rosenquist, Andy Warhol, Tom Wesselman et Robert Indiana. ils annoncent la figuration facile et l'intrusion de la réalité mercantile dans le domaine idéal de l'art. Ils utilisent les images quotidiennes de la publicité, du cinéma, de la télévision ou de la bande dessinée et les proposent au public des galeries new-yorkaises et californiennes sans qu'elles aient apparemment subi de transformation artistique. Ainsi firent irruption dans les beaux-arts les bouteilles de Coca-Cola d'Andy Warhol , les Mickey Mouse et Donald Duck de Roy Lichtenstein, les signalisations routières de Robert Indiana ou d'Allan D'Arcangelo et tant d'autres objets quotidiens, peints ou intégrés tels quels dans des assemblages en trois dimensions.
- Eduardo Paolozzi et Hamilton les précurseurs du Pop Art
On cite parfois Francis Bacon comme précurseur du pop art anglais, parce qu'il s'inspira, dès 1949, de reproductions photographiques. Mais il faudrait aussi mentionner Eduardo Paolozzi, Écossais d'origine italienne qui inclut, dès 1947, dans son collage I Was a Rich Man's Plaything , une pin-up, une bouteille de Coca-Cola et le mot " pop ". Si Paolozzi, sculpteur, s'intéressait aux robots de la science-fiction, Hamilton ne cessa de pratiquer le collage, L'affiche de Hamilton, organisateur de l'exposition, Just what Is it that Makes Today's Homes so Different, so Appealing ?, est aujourd'hui considérée comme l'œuvre fondatrice du pop ; ce collage d'images de la société de consommation reconstitue un intérieur cacophoniquement et ironiquement saturé de modernité et de technologie.  

- Andy Warhol leader du Pop Art
<< je crois que je représente les Etats-unis dans mon art>> Avant l'irrésistible ascension de Bill Gates, Andy Warhol, l'inventeur du Pop Art est devenu familier à tout américain. Il est parvenu à réduire les Etat-Unis à une seule icône un écran aux images virtuelles. Son oeuvre passe en revue tous les emblèmes américains: la bouteille de coca-Cola, le $, la soupe Campbell Marylin Monroe et la statue de la liberté.
1° les marques de fabrique, simples ou répétées
2°Les Portraits de célébrités du monde médiatique
Ses portraits de Marilyn Monroe, de John lennon, de Mao tse toung, de mike Jaeger ou de Liz Taylor qu'il élabore dès 1962 vont très rapidement devenir les icônes d'une culture visuelle qui abolit les frontières entre " grand art " et " art populaire ".

2° Les Emblèmes américains


 - Roy Lichtenstein l'inventeur des mythes de notre temps à la manière des bandes dessinées
Roy Lichtenstein qui pratique un expressionnisme abstrait tempéré, mâtiné de déformations morphologiques empruntées à Picasso abandonne l'abstraction pour se consacrer à la bande dessinée (comics). Il réinvente à la manière des bandes dessinées la mythologie de notre temps à laquelle il donne son imagerie classique. Il crée des compositions de grande éfficacité dans lesquelles il bloque le dynamisme de l'image par la méthode de l'agrandissement. Il se concentrera donc sur des images tirées des comics publiés en dernière page des quotidiens, où le texte joue un rôle important (Hopeless, 1963, musée Ludwig, Cologne). cette iconographie s'accompagne de la représentation d'objets de consommation courante isolés sur un fond neutre (Curtains, 1962)

James Rosenquist
James Rosenquist fut l'un des principaux représentant du Pop Art Américain. Ses tableaux sont peints dans un style publicitaire proche du trompe-l'oeil auxquels il devait par la suite donner des dimensions gigantesques. Il fixe l'image sur la toile selon le processus narratif de l'objet traité à l'échelle de la ville, de la rue, de l'autoroute. Les débuts de Rosenquist comme peintre de panneaux publicitaires sont perceptibles dans l’échelle de ses œuvres, comme c’est le cas avec le monumental Nageur dans l’écono-brume (The Swimmer in the Econo-mist, 1997–98), un ensemble de trois peintures commandé par le Deutsche Guggenheim de Berlin. Avec son iconographie qui comprend le bassin de la Ruhr et les couleurs du drapeau allemand, ces tableaux représentent un pays à un moment précis de son histoire et font référence à l’interdépendance de l’économie globale. Comme c’est souvent le cas avec les œuvres de Rosenquist, Le nageur dans l’écono-brume appréhende avec une intense émotion des thèmes sociaux et politiques tout en reflétant la dynamique de la culture capitaliste moderne.

 
Galerie de Tableaux d'Andy Warhol, de Rosenquist, de Lichtenstein  
 

Gerhard Richter
.En 1961, quand Richter fuit l'ancienne RDA pour s'installer en Allemagne fédérale, quelques mois après la construction du mur,il a déjà une sérieuse formation artistique acquise à l'Académie de Dresde où il a fait ses preuves dans le style du réalisme socialiste. Diplômé de peinture murale, il trouve à l'Ouest une conjoncture artistique marquée par la fin de l'art informel. Il y rencontre Sigmar Polke et Konrad Lueg. Ensemble, les trois marginaux fondent le "Réalisme capitaliste", un concept à ne pas prendre au pied de la lettre, mais qui a suffisamment d'impact pour attirer l'attention du public. Richter expliquait ainsi les antécédents de cette mise en scène : "Nous montrons pour la première fois en Allemagne des tableaux qui peuvent entrer dans les catégories du Pop Art, de la Junk Culture, du Réalisme impérialiste ou capitaliste, du Nouveau Réalisme, du Naturalisme et du German Pop, entre autres. Le Pop Art reconnaît les mass média modemes comme un authentique phénomène culture et introduit dans l'art - non sans quelque artifice - leurs attributs, leurs formulations et leurs thèmes. Il modifie donc radicalement le visage de la peinture moderne et amène une révolution esthétique."
En fait, le Pop Art va bouleverser la conception artistique de Richter tout autant que Fluxus, né à Düsseldorf au même moment : "Tout était très cynique et destructif, commente Richter dans un entretien avec Coosje van Bruggen. Nous étions devenus assez cyniques et insolents pour dire que l'art était du n'importe quoi.
Le Peintre-Photographe
Gerhard Richter de Düsseldorf peint d'après des photographies prises par lui ou par d'autres, et expose également des photographies faites d'après ses peintures. " Ce n'est pas d'imiter une photo qui m'importe, dit-il, je veux faire une photo. " Pour lui, en peinture, réalité égale crédibilité, égale authenticité ; c'est cette réalité-là que les contemporains, éduqués par les mass media, attribuent à la photographie alors qu'ils la dénient à l'œuvre d'art. C'est ainsi que Richter reporte les photos sur la toile de manière floue, estompe à dessein les contours : on peut identifier la photo, mais elle perd sa crédibilité du fait de l'intervention de l'artiste
Le Peintre du réalisme abstrait
 Après cette periode de révolte, Gerhard Richter évolue son art vers le réalisme abstrait

Phénomène plus grave, peut-être, il supplantait l'école expressionniste abstraite alors au sommet de sa gloire.
 L'Ecole expressionniste abstrait
Beaucoup d'artistes et presque tous les critiques ont ressenti un choc face à cette figuration qui paraissait à peine transformer les éléments empruntés à ses sources: les bandes dessinées (Lichtenstein); les affiches publicitaires (Rosenquist); les marques de fabrique, simples ou répétées (Warhol); les montages en haut-relief de produits alimentaires (Wesselman). Les visées manifestement plus esthétiques de Robert Indiana, qui recourait, lui, à des signes orthographiques età des symboles du code delà route, ne furent guère considérées comme plus acceptables. Cette école d'expressionnisme abstrait avait dans ses rangs un groupe de peintres qui n'étaient ni nécessairement expressionnistes ni fatalement abstrait.

 cette école comprenait: Ad Reinhardt le plus radical qui déclinait une vision exclusive de l'art . << La seule chose à dire à propos de l'art et de la vie est que l'art n'est pas la vie et que la vie n'est pas l'art>> Pour lui les oeuvres du pop art étaient<< tout autre chose que l'art>>. Son oeuvre "comment regarder l'art moderne en Amérique" reprend les clichés de l'historiographie qui propose une évolution "logique " et "naturelle" de l'art de la Grèce antique jusqu'à ses contemporains, en passant par Braque, Matisse et Picasso. Mais sous le poids du contenu, la branche de l'art figuratif ploie jusqu'à rejoindre le giron des affaires que symbolisent quelques marques célèbres. Cette branche contiendrait sans nul doute les artistes du Pop art si l'oeuvre avait été créée au delà de 1946.
Pour Ad reinhardt la couleur procède de la couleur sans qu'aucun obstacle ne s'interpose. Les peintures abstraites bleues et rouges ci-dessus exposées sont l'aboutissement de cette recherche où le visible est invisible, l'invisible est visible.C'est cette recherche où se trouve confronté le spectacteur. Ce dernier est convoqué , face à ce fond bleu ou rouge, à une expérience vidée de toute intention, presque exsangue où le moins-que-rien de la figure, n'offre plus le moindre motif de reconnaissance.
Comme Ad Reinhardt, l'habile Pollock, le lyrique De Kooning, le sublime Rothko, le spirituel Newman, le gracieux Still et le pragmatique Motherwell paieront à la fois tribut à Seurat, pour le principe de l'art optique et au cubisme pour son analyse: la multiplication des fragments conduira tout droit à une globalisation du plan, illustrée par les oeuvres ci-dessous exposées.

L'intérêt du Pop Art pour les mass-média
Il est très intéressant d'étudier les sources dont le Pop Art tire ses moyens. L'écran de télévision, les exagérations publicitaires, les bélinogrammes confus, les bandes dessinées fournissent des images qu'on peut définir comme relativement primitives et de basse qualité, mais dont le caractère est exalté par le moyen de communication qui les rend plus emphatiques et visibles. Marshall McLuhan, brillant analyste de l'impact révolutionnaire des moyens de communication de masse sur les perceptions humaines, a observé qu'un caractère analogue de basse qualité, de pauvreté de contenu et de pauvreté d'information fait partie de la conception du do-it-yourseif (faites-le-vous-même). Peut-être y a-t-il là une clé des moyens d'expression du Pop Art.
Le pop art représente en réalité un tournant dans l'histoire de l'art moderne. D'apparence simpliste, son iconographie fut l'objet de critiques faciles, mais les artistes pop, conscients des enjeux esthétiques de leur travail, furent à l'origine de bien des développements artistiques des années soixante-dix et quatre-vingt, et, en dépit du mépris intellectuel dans lequel ils furent tenus, nombre d'entre eux sont devenus des artistes influents et reconnus:
Les artistes pop, conscients des enjeux esthétiques de leur travail, furent à l'origine de bien des développements artistiques des années soixante-dix et quatre-vingt, et, en dépit du mépris intellectuel dans lequel ils furent tenus, nombre d'entre eux sont devenus des artistes influents et reconnus. le Pop Art a eu dans ses rangs de grands novateurs d'Amérique,Warhol, Rosenquist et Lichtenstein, Gerhard Richter et Sigmar Polke en Europe, artistes dont l'œuvre a dépassé les limites expressives du mouvement qui a inspiré leurs premières créations.