Le portrait
 

 

Comment les Peintres ont rendu visibles la beauté ou la laideur morale et les bonnes ou mauvaises physionomies dans un portrait


Léonard de Vinci, admettait que «les traits du visage manifestent en partie la nature des hommes, leurs vices et leurs complexions» (Codex urbinas , fo 109 ro), car ils conservent les traces durables de leurs passions dominantes.
Rendre visible l’homme ou la femme intérieur à travers leurs oeuvres était devenu la préoccupation majeure des artistes.
A la fin du XVeme et au début du XVIème siècle s'est manifesté dans l'art le goût nouveau pour les figures fortement «caractérisées» On le trouve par exemple dans la représentation des bourreaux du Christ et des saints martyrs.
"Ces faces humaines qui composent cette foule grouillante assaillie par l'interrogatoire serré que vient de subir le Christ avouent sa laideur, ses grimaces, ses tares, ses angoisses". Ils rejoignent ;ainsi, la beauté par le chemin du paroxisme.
 

La Beauté
 

Trois types de beauté:

La prude flamande peinte par Rogier de la Pasture qui prit le nom flamand de Van der Weyden" et peignit " la des cente de croix de l'Escurial "ci - dessous illustrée;Le modelé est toute souplesse; Un voile blanc couvre sa tête; ses cheveux blonds sont retenus par un ruban; Le grand front bombé , les sourcils nets, les lourdes paupières , la bouche charnue disent à la fois la plus sensible féminité et la grâce exquise que l"on retrouve dans le visage de ses madones.


La princesse anglaise au regard non effarouché portraiturée par Thomas Lawrence de l'école de Reynolds: L'éclat du regard sur un visage au teint de porcelaine.


Enfin, l'irrésistible andalouse blonde peinte par Goya dont l'affinité avec son modèle se traduit visuellement par l'harmonie du rose et du noir, de la chair et de la soie, de la clarté de la peinture et du regard.
 

 

 

’L'extérieur exprime l’intérieur

Les peintres et sculpteurs comme les romanciers, ont adopté ce principe simple : le beau corps manifeste une belle âme et la laideur physique est signe de laideur morale; Ainsi, ils se sont contentés des indices minimaux, des lieux communs qui permettaient à tout le monde de distinguer les bonnes et les mauvaises physionomies, le glouton de l’avare, etc., la beauté consistait dans la mediocritas , c’est-à-dire l’équilibre et la régularité des traits

La Piété
La "descente de la croix de Rogier  Vander Weyden  classée dans les chef d'oeuvree est grandiose par l'intensité de l'expression ,la vie, la puissance de ses personnages. C'est un des chefs d'oeuvre de la sensibilité de tous les temps. " La scène dit Ernest Verlant est plus près du coeur de l'humanité que tout ce que l'on avait fait jusque là dans l'Ecole flamande". Le miracle c'est que le drame intérieur est partout perceptible sans nuire à l'harmonie, au calme de l'ensemble.

 

La Vanité
Au XVI ème et XVII ème siècles voit apparaître en Angleterre le portrait - non point du reste en temps qu'oeuvre d'art mais en temps qu'image aussi ressemblante que possible de son propriétaire: La vanité est de tous les régimes. Les grands seigneurs et les dames de la Cour d'Angleterre et de la cour d'Espagne illustrée ici par Goya se font portraiturer pour affirmer leur réussite sociale: C'est une satisfaction qui va de pair avec des vêtements luxueux, une belle demeure, un grand train de maison, des fêtes somptueuses.


La souffrance

Cette souffrance apparaît sur le visage de St Jean Baptiste peint par Boticelli. Il apparait sur le tableau de la Madonne et des six saints;La scène n'est guère triste; Mais le visage de Jean Baptiste est affligé par un  chagrin prémonitoire du supplice qui l'attend.

 

La Fierté
  Le visage d'Ingres révèle sa satisfaction, sa suffisance devant la réalisation de son autoportrait. Son succès est grand lorsqu'il exécute ce tableau; les commandes affluent de toute part.

 

La compassion
C'est encore Boticelli qui exprime cette commisération sur le visag
e de St Augustin

Le Rire & raillerie 

Le rire c'est exprimer la gaieté par l'élargissement de la bouche accompagné d'expiration saccadées plus ou moins bruyante selon le dictionnaire Robert alors que la raillerie exprime la moquerie. Le portrait de Metsi montre un visage qui mêle une pointe de moquerie accompagnée sans nul doute d'un bruit gouailleur prononcé par le personnage dont le visage fut esquissé par le caricaturiste Metsi.

L'Allégresse
L'allégresse qui se dégage de ce repas villageois est obtenue par l'accord majeur de deux tons sonores: le rouge et le jaune.
L'enfant qui lèche son écuelle est peint en trois tons très saturés et nettement délimités: le rouge de garance célèbre dit de Brueghel, le brun, le bleu, à peine modulés dans les ombres par une saturation de la couleur et dans les clairs par de légers empâtements.

Les scènes de moeurs

.Ces peintres de genre, ces petits maîtres de scènes de moeurs, préparent directement Brueghel, le peintre le plus authentique de l'humanisme de la renaissance nordique. Il est le véritable peintre érasmien , créateur d'un humoristique univers. Il évoque les drames de son temps , Les aveugles,

La Dérision
En même temps que les personnages en vue souriaient complaisamment à leurs perfections peintes en de coûteux portraits, leurs amis souriaient de leurs imperfections reproduites en de gravures satiriques. IL y avait la deux arts qui sur des plans différents se répondaient : Le portrait et la caricature.
Tourner en dérision les pairs de la Cour d'Angleterre était un exercice dans lequel excellait Thomas Rowlandson.Il a ainsi caricaturé le docteur Johnson dans une scène gaillarde. Quel contraste avec le portrait distingué réalisé par Joshua Reynolds.