Rafaello Sanzio ou Santi

Rafaello Sanzio ou Santi, dit Raphaël

(1483-1520)

 Raphaël fait partie de la trilogie qui porta au pinacle la peinture

 

une courte vie de Raphaël fut entièrement consacrée à l’art.

AUTOMNE 1508. Depuis plus d’un an, plusieurs peintres de grand renom, parmi lesquels le Pérugin, travaillent à la décoration des voûtes et des murs des chambres du Vatican, les fameuses «stanze» de l’appartement du pape Jules II.Les fresques se succèdent; les artistes ont déjà avancé l’ouvrage, quand soudain on apprend l’arrivée d’un jeune peintre. Le pape l’a invité personnellement à se joindre aux autres, sur le conseil de l’architecte Bramante. Or, dès que Jules II voit les premiers essais du jeune homme, son enthousiasme est tel qu’il donne aussitôt ordre de faire disparaître les autres fresques, et confie au nouveau venu la déco ration complète des « stanze »c'est à dire la décoration des appartements du pape. .Quel est donc l’homme qui remporte un tel succès? — Il se nomme Rafaello Sanzio ou Santi, dit Raphaël.Cet homme, qui n'allait vivre que trente-sept ans et qui, mourut en sa pleine jeunesse, avait produit un nombre prodigieux d'oeuvre. Il  est l'un des peintres les plus célèbres de tous les temps; on le tient toujours pour l'artiste en qui la peinture aura trouvé son expression la plus achevée. Ce résultat fut obtenu au cours d'une courte vie de 37 années  consacrée.à l'Art. .Que serait-il arrivé s'il avait vécu 90 ans comme son rival Michel-Ange?  Une oeuvre grandiose, et inaccessible aurait été réalisée qui aurait mis un terme définitif  à cette rivalité et  lui offrir le titre indiscuté de plus grand peintre de tous les temps.

 Il naquit à Urbino en 1483. Son père, Giovanni Santi, était un peintre d’une certaine notoriété et fut son premier maître, mais ses leçons ne durèrent pas longtemps, car il mourut en 1494.

Élève de Le Pérugin

Raphaël n’avait alors que onze ans et il faisait déjà preuve de dispositions particulières pour la peinture. Aussi, son oncle, qui s’était chargé de lui, décida-t-il de l’envoyer à l’atelier de Timothée Viti. A l’école de cet artiste, le jeune garçon fit des progrès rapides. A dix-sept ans, il exécutait un tableau, le Songe du chevalier (actuellement à la National Gallery, à Londres), que Viti considéra comme une oeuvre de valeur. Mais Raphaël  savait qu’il avait encore beaucoup à apprendre. Il résolut de se rendre à Pérouse, et d’entrer dans l’atelier de Pietro Vannucci dit  Le Pérugin ), qui passait pour un des plus grands peintres de l’époque, célèbre pour la grâce qui émanait de ses oeuvres. Raphaël  assimila vite l’art de son nouveau maître. Les oeuvres qu’il exécuta jusqu’en 1504, durant son séjour à Pérouse, montrent clairement l’influence du Pérugin.

Les tableaux les plus connus de cette époque sont la Crucifixion (National Gallery, à Londres), le Mariage de la Vierge (Musée Bréra à Milan), Saint Sébastien au musée Carrara à Bergame, le mariage de la vierge  inspiré de l'oeuvre ," le Christ remettant à St Pierre les clés du paradis' de son maître Le Pérugin.

Florence

En 1504, il s'installe à Florence où il étudie la technique des peintres de son temps :  Ces maîtres l'inspirent par leurs dessins de l'anatomie et leurs représentations de la lumière. Raphaël réalise pendant cette période de nombreuses madones comme la Madone du grand duc (1504-1505) ou la Madone la belle jardinière (1507). En 1508, le peintre est appelé à Rome par le Pape Julius II vers la fin 1508. Michel-Ange appelé en 1505 avait commencé la décoration de la voûte de la chapelle Sixtine. Raphaël fut chargé de la décoration des appartements du Pape nommés "les stanze". Leonardo de Vinci ne vint à Rome qu'à la fin 1513 sur l'invitation de Giuliano de Medici, frère du nouveau pontife Léon X. Son séjour interrompit d'autant moins la rivalité  ouverte entre Michel-Ange et Raphaël qu'il s'était plongé dans ses études techniques et scientifiques.et quitta Rome pour la France afin d'honorer l'offre de François 1er en 1516.

Cliquer pour obtenir l'agrandissement de l'oeuvre

Raphaël madone du belvedere-1507

Raphaël-madone belle jardiniere

Rome la décoration des stanze du Vatican

À Rome, l'activité de Raphaël se déroule sous les pontificats de Jules II (1503-1513) et de Léon X (1513-1521). le projet de lui confier les stanze était sans conteste audacieux. Raphaël redoute la comparaison avec Michel-ange qui a commencé la décoration de la chapelle Sixtine Raphaël commence son travail par la chambre du milieu, dite chambre de la Signature, à laquelle il se consacre certainement dès janvier 1509 ; il n'assure qu'en partie la décoration de la voûte ; en revanche, les huit compartiments principaux sont de lui ou, à tout le moins, il en a conçu et dirigé la décoration. Les figures se détachent sur des fonds de fausse mosaïque d'or. La Dispute du Saint-Sacrement reprend la division en deux scènes superposées, l'une céleste, l'autre terrestre, et la composition en demi-cercle déjà expérimentée dans la fresque du monastère de San Severo. Cette disposition concentrique des deux zones satisfait pleinement le besoin d'harmonie de l'artiste. Tout dans cette œuvre est rythme et équilibre, non seulement dans les lignes d'ensemble, mais encore dans les attitudes des nombreux personnages, qui laissent libre au centre l'autel sur lequel se détache le Christ ayant auprès de lui la vierge Marie et Jean Baptiste. Quand son oeuvre est terminée(1514) ses craintes se dissipent rapidement; il obtient une renommée mondiale, notamment avec la dispute du Saint Sacrement.et l'école d'Athènes

Cliquer pour obtenir l'agrandissement de l'oeuvre

Raphaël_fresque la disputa

Raphaël-Fresque-ecole d'Athènes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes biographiques

il était né à Urbin en 1483, le 6 avril, si l'on s'en rapporte au texte de l'épitaphe que composa après sa mort, survenue le vendredi saint 6 avril 1520, son ami Bembo (vixit annos XXXVII integer integros); 'ilaujourd'hui « contrada di Raffaello ». Son bisaïeul, Perezzollo Santi, marchand, s'était établi à Urbin vers 1450, venant d'un bourg du duché, Colbodolo, que menaçaient les armes des Malatesta. Son père, Giovanni Santi, était peintre et poète, protégé du duc Federigo de Montefeltro; il avait offert en 1469 l'hospitalité à Piero della Francesca. Il devait avoir déjà un certain âge quand Raphaël naquit.  Raphaël perdit sa mère Magia Ciarla, le 7 octobre 1491 : on croit la reconnaître dans une fresque de Giovanni qu'on voit dans sa maison. Giovanni se remaria le 25 mai suivant avec la fille d'un orfèvre, Bernardine Parti, mais mourut bientôt, le 1er aoüt 1494. Il avait quelquefois fait poser son fils pour ses Sante conversazioni, ainsi dans la Sainte Famille de l'église San Domenico, à Cagli. Avant de mourir, il donna pour tuteur à son fils son frère Bartolommeo, prêtre; mais Raphaël fut élevé aussi par le frère de sa mère, Simone di Battista Ciarla, et il lui garda toujours un très profond attachement. Il paraît certain que Raphaël ne se rendit à Pérouse qu'en 1499,  puisque le Pérugin, voyageant de ville en ville, ne s'y fixa qu'à ce moment-là. Raphaël vécut donc à Urbin ses seize premières années, et l'on doit tenir compte de l'influence de milieu qu'eut sur son génie cette nature de petite ville intime et retirée sur sa hauteur, dans un pays de montagnes, divers et calme, avec ses grands horizons où la mer se laisse apercevoir; il avait assurément appris de son père à dessiner, et dans Urbin, où le duc Federigo di Montefeltro, qui mourut en 1482, avait vu terminé le beau palais de Laurana, il a connu au palais même la peinture de Melozzo da Forli et celle de Justus de Gand,  1504 à 1508 il compose quelques-unes de ses meilleures toiles : les splendides Madones (la Vierge du grand duc, la Belle Jardinière, la Vierge à la chaise), la Déposition du. Christ (à la galerie Borghèse  1508  à l'automne se rend à Rome  à la demande du Pape jules  II se voit confier les fresques des stanze (chambres) du Vatican;  il obtient une renommée mondiale, notamment avec la Dispute du Saint-Sacrement et l’École d’Athènes.1513, il travaille pour le pape Léon X, successeur de Jules II 1514 après la mort de Bramante, il est nommé architecte de Saint-Pierre et directeur des fouilles de Rome 1517 1519 il décore, avec l’aide de ses disciples (car il a fait école), les loggias du Vatican. Entre temps, il termine le célèbre portrait de Léon X et d’autres oeuvres de valeur.Son dernier chef-d’oeuvre s’intitule la Transfiguration. Il est demeuré inachevé1520 il meurt le 6 avril soit le même jour de sa naissance

 

Les portraits

Les portraits d'Agnolo Doni et de Maddalena Doni (Pitti, Florence), ce dernier apparenté à La Joconde, ont été peints par Raphaël  Dans celui d'Agnolo, le personnage, à l'instar de la Joconde, a le bras posé sur un appui ; le fond est constitué par un paysage

la Femme voilée (Pitti, Florence), en qui on a voulu reconnaître la légendaire Fornarina (vers 1516) représentée dans la célèbre Fonarina de la galerie nationale d'Art antique de Rome, qu'une inscription sur le bracelet dit être de Raphaël.

Cliquer pour obtenir l'agrandissement de l'oeuvre

Raphaël_epouse Agnoli Doni

Raphaël-Dame au voile-1517

Raphaël Portrait de la Fonarina

 

 

Raphaël architecte

"La seule réalisation architecturale que l'on puisse attribuer avec certitude à Raphaël est la chapelle Chigi à Santa Maria del Popolo à Rome, pour laquelle il dessina les cartons des mosaïques de la coupole. Il s'agit d'un petit édifice de style nettement Renaissance, avec son plan central coiffé d'une coupole. D'après le témoignage de Salvestro Peruzzi, Sant'Eligio degli Orefici serait une œuvre de Raphaël ; l'église a subi des remaniements ultérieurs, mais il est permis de penser que l'idée primitive (une croix grecque avec coupole)"(encyclopédie Universalis),

 

La trilogie des peintres qui portèrent au pinacle la peinture

350 ans après sa mort des critiques se son élevées notamment des peintres qui s'exprimaient par la couleur plutôt que par la forme c'est à dire , des impressionnistes et  fauvistes . Ils jugèrent les  couleurs  employées par Raphaël peu constructives et  lui reprochaient aussi,de ne pas attacher assez d'importance à la lumière. Ces peintres étaient en fait des admirateurs de Léonard de Vinci , peintre que  l'on a souvent opposé à Raphaël.; Tous deux font partie avec Michel-Ange de la trilogie qui porta au pinacle la peinture.Dans cette critique on oublie ou on feint d'ignorer le décalage temporel qui les sépara. Cette désaffection des impressionnistes et des fauvistes tient au fait que Raphaël  atteignit la dignité et la beauté avec une désarmante simplicité.en peu de temps.

Galerie de Tableaux 11 portraits sont exposés

Dont un portrait de la Fornarina son modèle qui entra au couvent  de santa Apollonia juste après la mort du peintre. et un portrait de la Dame à la licorne que l'on oppose à Monna Lisa de Leonard de Vinci; cette prima donna  se tient dans la même position  que la Joconde sans le sourire ni l'expression mystérieuse  de la Joconde. Le portrait de la Donna Velata  peinte vers 1512-1518 fut la femme que Raphaël aima jusqu'à sa mort. tableau sublime; la sérénité du visage, la robe en soie moirée blanche et brochée d'or est d'une élégance infinie.