ROBERT RAUSCHENBERG 1925

ROBERT RAUSCHENBERG 1925-2008
Remet en question la hiérarchie existant entre beaux-arts et le matériel  tiré des tas de détritus urbains

.

Malgré les nombreuses polémiques suscitées par sa carrière, Robert Rauschenberg apparaît comme l’un des artistes les plus importants de la seconde génération de l’après-guerre américaine. Intégrant la réalité sociologique de la vie à la révolte physique de l’art gestuel, il marque la coupure esthétique entre l’expressionnisme abstrait et le pop art.

Il subit en outre fortement l’influence  du musicien John Cage qui affirme qu'il faut effacer la limite qui sépare l'art et la vie et rejeter les habituelles distinctions entre les sons  choisis et les sons accidentels Ce serment avait déjà été salué par les surréalistes.A la suite de cette déclaration ,Rauschenberg déclare : « La peinture a ses rapports avec la vie et avec l’art. Ni l’un ni l’autre ne peuvent être fabriqués, j’essaie d’agir dans la brèche qui les sépare. 

Combler le vide existant entre l'art et la vie en chargeant ses peintures de morceaux de chiffons, de fragments de récits humoristiques tirés des déchets

Conciliant l’esprit des collages cubistes, l’art de Schwitters, l’humour de Dada, et les gestes de l’action painting, Rauschenberg revendique l’équivalence de tous les matériaux et incorpore dans ses  surfaces  peintes ,  toutes sortes d’éléments, rebuts ou déchets de la vie de tous les jours.Ces déchets qu'il incorporait à ses travaux avaient une signification subversive; Il glorifiait tout ce qui est dépourvu de valeur, mis au ban de la société et méprisé.C'était une stratégie qui voulait être un commentaire sur le contexte social de la vie urbaine et de la culture de masse.

. Assemblant des documents qui relatent des événements étrangers les uns par rapport aux autres, il les reproduit en sérigraphie, et fait la synthèse d’un climat sociologique et d’une étude de l’homme en face de la civilisation américaine. Homme de spectacle et de théâtre, Rauschenberg,  ne se limite pas à l’art pictural, il  tente d’intégrer le temps à son œuvre.

Urbanisme et Architecture

On peut appliquer au rapport actuel entre urbanisme et architecture ces paroles de Robert Rauschenberg : « L’art ne suffit pas. La vie ne suffit pas. Il faut combler le vide entre l’art et la vie. » Du reste, Marina City à Chicago peut être interprétée comme un coup de pinceau à la Rauschenberg sur un amas de rebuts de la civilisation industrielle

 

Notes biographiques

1925 Peintre américain, né à Port Arthur (Texas).  1945 Rauschenberg participe aux premiers happenings et travaille avec les ballets de Merce Cunningham, puis de Paul Taylor.  1948  rencontre au Black Mountain Collège,les musiciens Morton Feldman, Earl Brown et surtout  John Cage 1950 suit l’enseignement de Josef Albers. 1952-53  Voyage avec Twombly en Europe et au Maroc 1954   crée Charlène, qui se trouve exposé au  Stedelijk Muséum, Amsterdam ; 1959 son oeuvre Monagram,  est exposée au  Moderna Museet, Stockholm 1961, le mouvement pop art atteint toute l’Europe : Robert Rauschenberg expose à Paris The Pilgrim, une chaise collée sur une toile1968, présent Solstice  à la  Documenta IV à Kassel) oeuvre à la fois matière picturale, acteur et spectateur. 1990,réalise sa série des Roci (Rauschenberg Overseas Culture Interchange) à partir d’images venues de cultures et de pays très différents — Malaisie, Allemagne, Japon, Tibet, Chili, Venezuela, Cuba, Russie, États-Unis —, techniques mixtes sur les supports les plus divers 1993 fut lauréat  au second prix d'art d'Hiroshima 2008 12 mai mort de Robert Rauschenberg à captive Island -Floride)

 Le Junk Art

Marcel Duchamp  fut  le premier à avoir remis en cause les définitions traditionnellement idéalistes de l’art –  l’assemblage, hérité à la fois du collage cubiste et de l’objet trouvé surréaliste, permit à de jeunes artistes de se démarquer de l’académisme de la New York School. En Californie,un mouvement prend jour: le Funk(y) Art . Edward Kienholz, Bruce Conner  récupèrent  les déchets de la société moderne pour en faire des assemblages volontairement repoussants ou macabres. À New York, le Junk Art exploite le rebut de la société industrielle et de consommation. Robert Rauschenberg assemble des matériaux de récupération (carton, métaux, vieux meubles) en les intégrant parfois à des compositions – mi-peinture, mi-sculpture – qu’il baptise combine paintings . Influencé par les théories aléatoires d’inspiration zen de son ami le musicien John Cage, rencontré au Black Mountain Collège, il compose aussi de nombreuses œuvres à partir d’images de journaux et de magazines qu’il reporte sur toile (Rétroactive I, 1964), car pour lui ni « la vie ni l’art ne peuvent se fabriquer », et le peintre doit « combler le vide  entre les deux ».