Suzanne Valadon  (1865-1938)

Sortie du peuple  tour à tour serveuse, acrobate, modèle expressionniste proche du vieux maître Degas et de Toulouse lautrec

 

Suzanne Valadon  devient la muse de Montmartre                                                                 

Modèle de Renoir, Toulouse Lautrec, Degas et de Puvis de Chavannes 

On connaît les deux oeuvres de Renoir, " la danse à la campagne, la danse à la ville et dans les grandes baigneuses ci-dessous illustrées; Suzanne Valadon y a posé après un accident dans un cirque où elle exerçait le numéro de trapéziste. Elle avait aussi été modèle de Toulouse  Lautrec qui recherchait quel qu' un pour peindre une écuyère dansant sur le dos d'un cheval.. elle joua si bien ce rôle qu'elle devint  sa maîtresse.  Son charme, son allant, sa beauté étaient tels que Degas lui fit appel il la trouva complaisante et compréhensive. Degas vieillard bourru  s'intéressa à ses dessins au point de les collectionner ." la terrible Maria"l'appelait-il. Elle se nommait en effet Marie Madeleine; ce sont les artistes qui la baptisèrent Suzanne.

 

Découverte de son talent de peintre

 en 1885 Renoir découvre  ses dessins " il faut le travailler lui dit-il. Elle a un coup de crayon qui égale les meilleurs elle croque son fils  et décide de se ranger pour donner un foyer à cet enfant  qu'elle a eu  avec un fier pochard qui se nomme Boissy qu'elle connut un soir au "lapin à Gill "où il chantait. Cet enfant reconnut par un peintre espagnol généreux Miguel Utrillo est coléreux et n'a qu'un seul désir : boire. Elle avait A 18 ans, lorsqu'elle accoucha d'un garçon, prénommé Maurice (le futur peintre Utrillo),  elle le plaça chez sa mère et le délaissa peu à peu, l'enfant de santé fragile, souffrait de l'absence de sa mère et devint autodestructeur. Suzanne brosse son autoportrait au pastel, sa première oeuvre connue, puis celui de sa mère. Soutenue et encouragée par Degas, elle réalise de nombreux dessins, à la mine de plomb, au fusain et à la sanguine, de 1883 à 1893.

En 1893, elle débute dans la peinture et peint ses premiers modèles, son fils et sa mère, sa nièce, etc. Elle a une brève liaison (6mois) avec le pianiste Erik Satie dont elle peint le portrait et qui lui envoie 300 lettres d'amour, elle brosse par ailleurs un portrait peint du musicien et produit plusieurs portraits dont,: "un Portrait de petite fille", "de Bernard Lemaire", "Conte à l'enfant", "Jeune fille faisant du crochet." Puis elle sera l'amante d'un catalan émigré à Paris, Miguel Utrillo y Molins, journaliste et peintre, qui reconnaît son fils Maurice et dont elle peint le portrait. En 1896, elle épouse finalement Paul Moussis, un ami de Satie, riche agent de change, le couple s'installe à Montmartre, rue Cortot. Suzanne inscrit son fils dans une école privée à Pierrefitte et y loue une maison ou l'enfant habite avec sa grand-mère. De 1894 à 1896, Suzanne travaillera beaucoup, elle exécutera une série de nus debout, assis, allongé accroupi.

Utrillo,Utter,Suzanne,le trio infernal

En 1904, son fils connaît des ennuis, enfant puis adolescent malheureux et délaissé, il est devenu violent, bagarreur et rudoie même sa grand-mère qui a peur de lui, Utrillo est interné en janvier 1904, à Saint-Anne à Paris, il n'a alors que 21 ans. Utrillo fait la rencontre d'André Utter, ancien élève des Beaux-Arts, qui devient son ami.  Utter rencontre Suzanne et l'artiste en tombe immédiatement amoureuse, il a vingt ans de moins qu'elle, peu importe pour elle. Elle l'invite à poser nu pour elle pour un Adam et Ève, et ils deviennent amant au désespoir d'Utrillo. Suzanne divorce de Paul Moussis en 1911 et s'installe avec Utter et son fils pour quelques mois impasse Guelma. La cohabitation est difficile Utrillo est choqué et jaloux et mène la vie dure au couple, il continue à boire de plus belle rentrant souvent ivre. Ce qui n'empêche pas Utrillo de devenir un admirable peintre et de produire des chef d'oeuvre qui font vivre le trio. Suzanne peint une série de portraits collectifs, Grand-mère et petit-fils. Puis elle s'installe avec Utter dans l'ancien atelier d'Émile Bernard rue Cortot.



Cette année là se déroule la première exposition individuelle de Suzanne Valadon chez Clovis Sagot. Elle expose ses toiles La joie de vivre et La coiffure au Salon d'Automne et aux Indépendants Grand-mère et petit-fils, cette même année, son fils est découvert par Francis Jourdain et Octave Mirbeau. Elle participe l'année suivante à une exposition de groupe à Munich. En 1914, Suzanne épouse André Utter qui part à la guerre. Elle expose sa grande composition Le Lancement de filet au Salon des Indépendants

En 1894, elle expose au Salon de la Nationale, malgré l'avis contraire de Puvis de Chavannes, elle sera épaulé par le sculpteur Bartholomé qui écrit à Paul Helleu président du Salon. Suzanne est admise avec trois études d'enfants, La Toilette du petit fils ; Grand-mère et son petit-fils. Degas sera le premier à lui acheter des dessins, il présente la jeune artiste à des collectionneurs, au marchand de Lautrec, Le Barc de Bouteville, à Sérusier, Émile Bernard, Pissarro, Cézanne, Gauguin, au marchand Durand-Ruel, à Vollard, etc. Degas l'initie à la technique du vernis mou et dès l'année 1895, le marchand Ambroise Vollard, publie ses premières estampes dans Le Rêve et L'idée et dans l'Album des Peintres Graveurs, elle se met également à la pointe sèche, puis à l'eau-forte (en 1904).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 En 1894, elle expose au Salon de la Nationale, malgré l'avis contraire de Puvis de Chavannes, elle sera épaulé par le sculpteur Bartholomé qui écrit à Paul Helleu président du Salon. Suzanne est admise avec trois études d'enfants, La Toilette du petit fils ; Grand-mère et son petit-fils. Degas sera le premier à lui acheter des dessins, il présente la jeune artiste à des collectionneurs, au marchand de Lautrec, Le Barc de Bouteville, à Sérusier, Émile Bernard, Pissarro, Cézanne, Gauguin, au marchand Durand-Ruel, à Vollard, etc. Degas l'initie à la technique du vernis mou et dès l'année 1895, le marchand Ambroise Vollard, publie ses premières estampes dans Le Rêve et L'idée et dans l'Album des Peintres Graveurs, elle se met également à la pointe sèche, puis à l'eau-forte (en 1904).

 Brève Biographie

1865 Naissance à Bessines (Haute Vienne) 1883 Donne naissance  à un enfant qui devint peintre Utrillo 1888 devient modèle de Renoir et de Lautrec puis à Degas  qui lui distribua force éloges et l'engagea à persévérer dans sa voie de peintre sans la modifier. Ce  qu'elle fera. 1896 elle épouse Paul Moussis qui se trouve dans une situation aisée. 1909 se sépare de Moussis  et se marie avec le peintre Utter 1920 est nommée Sociétaire du Salon d'Automne1938 Elle meurt frappée d'une hémorragie cérébrale après avoir peint sa dernière toile un vase de fleurs sur lequel elle avait écrit " vive la jeunesse"

La notoriété

À partir de 1918, Suzanne peint de nombreuses toiles, notamment des portraits, des nus, des natures mortes. Utrillo qui passe de crise de délirium au désespoir s'échappe de l'asile de Villejuif et va faire la fête avec son ami Modigliani en pyjama. Ses oeuvres sont vendues aux enchères pour la première fois en 1920 et elle devient sociétaire du Salon d'Automne, où elle expose depuis 1909. Elle expose également chez Berthe Weil et John Lévy en 1921 et obtient un contrat avec la galerie Berheim-Jeune. De nombreuses expositions lui sont consacrées et une monographie est publiée par Robert Rey en 1922. En 1923, grâce à l'argent des tableaux de Maurice Utrillo, André Utter achète le château Saint-Bernard, dans le Beaujolais au bord de la Saône où Suzanne réalise de nombreux paysages.

En 1926, Suzanne Valadon emménage avenue Junot. À partir de 1928, le succès de Suzanne est international et elle participe à des expositions de groupe à l'étranger. En 1932, une exposition rétrospective lui est consacrée à la galerie Georges Petit. En 1933, elle est invitée par Marie-Anne Camax-Zoegger, à rejoindre le groupe des Femmes Artistes Modernes avec lequel elle exposera jusqu'à sa mort.

La déchéance



En 1935, Suzanne Valadon, malade, est hospitalisée, elle s'inquiète pour l'avenir de son fils, elle le pousse dans les bras d'une de ses amis, Lucie Valore, peintre amateur et ancienne actrice de théâtre. Son fils se marie en mai 1935, il a alors 52 ans, le couple loge dans une villa du Vésinet. En 1937, le musée du Luxembourg achète plusieurs de ses oeuvres. Suzanne est seule avec ses chiens, dans la déchéance la plus totale, ne vivant que la nuit et trainant avec des clochards. Le 7 avril 1938, Suzanne Valadon meurt soudainement à l'âge de 73 ans d'une hémorragie cérébrale, son fils effondré n'assiste pas aux obsèques