Jan Van der Meer

 Jan  Vermeer de Delft (Joannis van der Meer de Delft)

1632-1675
"Voir Vermeer et mourir" (
Marcel Proust)

 

Proust et le "petit pan de mur jaune" de la Vue de Delft

"Voir Vermeer et mourir.' C'est la formule qu'emploie  Marcel Proust  dans À la recherche du temps perdu. Son personnage Bergotte écrivain  à la porte de la mort  rassemble ses forces  et se rend sur les lieux de l'exposition  où des toiles de Vermeer sont exposées.et  se répète "Petit pan de mur jaune avec un auvent, petit pan de mur jaune."en attachant son regard sur "un pan de mur d'une vue de Delft"comme un enfant jette un oeil à un papillon jaune qu'il veut saisir. Ce petit pan de mur jaune que peignit avec tant de science et de raffinement Vermeer un artiste à jamais inconnu, à peine identifié fait dire à son personnage écrivain, au seuil de sa mort,"C'est ainsi que j'aurais dû écrire. Mes derniers livres sont trop secs, il aurait fallu passer plusieurs couches de couleur, rendre ma phrase en elle-même précieuse, comme ce petit pan de mur jaune." Quel merveilleux témoignage donné par l'un des plus grands écrivains de la littérature française, à Vermeer peintre  identifié.seulement en 1866 par Thoré Burgër soit deux cents ans après sa mort.

Enquête minutieuse pour retrouver la trace de Vermeer 

 A peine Vermeer est-il mort que sa trace se perd, son nom s'oublie, son œuvre se disperse. Il ne faut pas vingt ans pour que cette renommée, en apparence si bien assise, s'évanouisse complètement. en 1816  la trace de notre peintre était si bien perdue, qu'on n'était même plus en possession de son nom.

C'est à Thoré-. Bürger, sous son  nom de guerre Burger que Johannes Vermeer est redevable de sa réhabilitation, et c’est à lui qu'il faut en faire honneur. C'est à Bürger, en effet, qui, avec une conviction, une ardeur, une passion, s'est attaché à découvrir une vingtaine d'œuvres bien authentiques de ce maître si puissant et si fort,

Qui est Thoré Burger?

Thoré Burger   un avocat de formation avait commencé sa carrière de critique dans les années 1830 Dans une série de trois articles publiés en 1866 dans la Gazette des beaux-arts, il fait le récit de sa redécouverte de Vermeer. C'est en visitant le musée de La Haye en 1842 qu'il découvre la Vue de Delft, avec le nom de Vermeer figurant dans le catalogue, nom qui lui est inconnu. Dans les années suivantes, avant son exil, il découvre dans une collection particulière deux autres tableaux signés du peintre : Une servante qui verse du lait (La Laitière) et Façade d'une maison hollandaise.

Thoré-Burger  joue les fins limiers

Dés ses premières recherches  Thoré découvre plusieurs Van der Meer il parvient à distinguer celui qui l'intéresse qu'on  nommait déjà communément Van der Meer, et mieux Van der Mer de Delft (Delft-schen Van der Meer)

Le Sphynx livre son secret

Il se lança alors à une chasse au document;an début Thoré-Bürger fut fort embarrassé et se trouva aux prises avec une prodigieuse quantité de Jan Van der Meer, car aucun nom n'est plus commun en Hollande. Tout d'abord, rien que parmi les maîtres du XVIIe siècle, il en rencontra quatre ayant manié le pinceau: 1°Jan van der Meer, d'Utrecht, qui a peint de grands tableaux et des portraits; 2° Jan van der Meer, de Haarlem, surnommé le Vieux, paysagiste, et 3° Jan van der Meer, de Haarlem, surnommé le Jeune, également paysagiste, mais dans le goût de Berchem, et enfin 4° Jan van der Meer, de Delft. Il lui fallut avant tout faire la part de chacun d'eux.

Thoré Burger fouilla alors les renseignements et découvrit à la date du  31 octobre 1632:. Un enfant, Joannis, le père est Reynier fils de Jean, la mère Dingnum, fille de Balthazar, les témoins sont Pieter Brammer, Jan, fils d'Heyndrick, et Marthe, fille de Jan.

Ce Joannis ou Jan étant, dans l'année 1632,  le seul fils de Reynier mentionné par l'état civil de Delft, il était donc clairement établi que c'était bien là la déclaration de naissance de notre peintre;Johanues Vermeer; Il passa de vie à trépas le 13 décembre 1675; il n'était, par conséquent, âgé que de quarante-deux ans.une note marginale indique qu'il laissait huit enfants mineurs;

Recherche des oeuvres de Joannis ou Jan Vermeer

Thoré Burgër recherche alors à établir un catalogue des oeuvres de jeunesse, des tableaux religieux du peintre. Il est alors confronté à d'énormes difficultés: l'absence de dates, de signatures apocryphes. Il fonde la chronologie des tableaux sur la coiffure féminine. Au fur et à mesure de ses investigations Il découvre que Vermeer utilise qu'un petit nombre d'accessoires, toujours les mêmes, pris dans sa maison ou dans son atelier: une chaise ornée de têtes de lion, un tapis d'Orient, une cruche blanche, une guitare, un clavecin, une carte géographique.Il constate qu'une fenêtre placée à gauche et un rideau reviennent souvent d'oeuvre en oeuvre. Il parvient à recenser vingt cinq oeuvres indiscutées mais de chronologie incertaine.D'autres oeuvres dont l'état de conservation est inquiétant laisseront planer un doute sur leur authenticité . Plus tard d'autres experts poursuivrons mes recherches de Thoré Burger; Chacun d'entre eux s'appuyant sur des techniques différentes; l'un sur les costumes, un autre sur la comparaison avec les oeuvres similaires de Pieter de Hooch.; tous deux des affinités avec Carel Fabritius, leur professeur. De plus, Pieter de Hooch peignit, tant qu’il fut à Delft, des intérieurs ensoleillés, assez proches de ceux de Vermeer, mais plus chauds de couleur et dans une atmosphère plus familiale.Le dernier expert fut André  Malraux qui s'appuiera sur les visages et sur l'âge des personnages de la famille du peintre pris comme modèle: la femme,sa fille et Vermeer lui même. On parvint à recenser quarante tableaux dont le célèbre tableau de la laitière, de la jeune fille au turban et la dentellière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Biographie.

. 1632 Né à Delft , fils de Reynier Vos Ver meer, franc-maître 1653, élève de Fabritius, épouse Catherine Bolnes en 1653 dont il a 8 enfants, président de la gilde en 1663 et 1670, marchand de tableaux et cité pour cette profession à La Haye en 1672, mort à Delft en 1675. Redécouvert par Thoré-Burger en 1866 (Gazette des Beaux-Arts).

Les faux Vermeer

Un scandale défraya la chronique s, il concernait des tableaux religieux attribués à Vermeer.

Les pélerins d'Emmaüs et la Cène

 En 1937-1938, la critique mondiale s’enthousiasma à la présentation par A. Bredius du « chef-d’oeuvre de Vermeer » récemment découvert, Les Pèlerins d’Emmaiis, toile signée et en parfait état. (Burlington magazine, nov. 1937 et Beaux-Arts, 20 mai 1938.) On y reconnaissait les figures, les objets, le coloris, la technique du peintre, son goût pour le sujet religieux et pour l’art italien. Achetée 520.000 florins par le Musée Boijmans, la toile fut exposée à Rotterdam en 1938..Des experts, parmi lesquels les Italiens Bardi et Pellicoli, vinrent confirmer que la Cène et les Pèlerins d’Emmaus   étaient des faux. On montra que, comme l’avait affirmé van Meggeren, la Cène avait été peinte récemment sur une toile de Hondius achetée à un marchand.André Mairaux ) expliqua dans son livre Les Voix du Silence, 1951,  pourquoi la toile des Pèlerins d’Emrnaiis ne pouvait  être authentique, le Musée Boijmans avait en fin 1955 remis l’oeuvre en place comme un Vermeer

La femme adultère vendu à Goering pour 1.650.000 florins

fut découvert à la fin de  la guerre. Le peintre H. van Meggeren déclarait pour sa défense que ce Vermeer était un faux, peint par lui-même, tout comme la Cène acquise par M. van Beuningen, quatre autres toiles, et les Pèlerins d’Emmaus. Au cours du procès, un rapport d’experts désignés, appuyé sur les ana lyses de laboratoire du docteur belge Coremans, démontrait en octobre 1947 l’exactitude des affirmations de van Meggeren.

 

La vue delft énoncée dans  la recherche du temps perdu de Marcel Proust

"Enfin il fut devant le Vermeer, qu'il se rappelait plus éclatant, plus différent de tout ce qu'il connaissait, mais où, grâce à l'article du critique, il remarqua pour la première fois des petits personnages en bleu, que le sable était rose, et enfin la précieuse matière du tout petit pan de mur jaune. Ses étourdissements augmentaient; il attachait son regard, comme un enfant à un papillon jaune qu'il veut saisir, au précieux petit pan de mur. "C'est ainsi que j'aurais dû écrire, disait-il. Mes derniers livres sont trop secs, il aurait fallu passer plusieurs couches de couleur, rendre ma phrase en elle-même précieuse, comme ce petit pan de mur jaune." Cependant la gravité de ses étourdissements ne lui échappait pas. Dans une céleste balance lui apparaissait, chargeant l'un des plateaux, sa propre vie, tandis que l'autre contenait le petit pan de mur si bien peint en jaune. Il sentait qu'il avait imprudemment donné la première pour le second. "Je ne voudrais pourtant pas, se dit-il, être pour les journaux du soir le fait divers de cette exposition".(voir la vue de delft)

..Mort à jamais ? Qui peut le dire  ? Certes, les expériences spirites pas plus que les dogmes religieux n'apportent de preuve que l'âme subsiste. Ce qu'on peut dire, c'est que tout se passe dans notre vie comme si nous y entrions avec le faix d'obligations contractées dans une vie antérieure; il n'y a aucune raison dans nos conditions de vie sur cette terre pour que nous nous croyions obligés à faire le bien, à être délicats, même à être polis, ni pour l'artiste athée à ce qu'il se croie obligé de recommencer vingt fois un morceau dont l'admiration qu’il excitera importera peu à son corps mangé par les vers, comme le pan de mur jaune que peignit avec tant de science et de raffinement un artiste à jamais inconnu, à peine identifié sous le nom de VerMeer. Toutes ces obligations, qui n'ont pas leur sanction dans la vie présente, semblent appartenir à un monde différent, fondé sur la bonté, le scrupule, le sacrifice, un monde entièrement différent de celui-ci, et dont nous sortons pour naître à cette terre, avant peut-être d'y retourner revivre sous l'empire de ces lois inconnues auxquelles nous avons obéi parce que nous en portions l'enseignement en nous, sans savoir qui les y avait tracées — ces lois dont tout travail profond de l'intelligence nous rapproche et qui sont invisibles seulement — et encore! — pour les sots. De sorte que l'idée que Bergotte n'était pas mort à jamais est sans invraisemblance.

 Il se répétait: "Petit pan de mur jaune avec un auvent, petit pan de mur jaune." Cependant il s'abattit sur un canapé circulaire; aussi brusquement il cessa de penser que sa vie était en jeu et, revenant à l'optimisme, se dit: "C'est une simple indigestion que m'ont donnée ces pommes de terre pas assez cuites, ce n'est rien." Un nouveau coup l'abattit, il roula du canapé par terre, où accoururent tous les visiteurs et gardiens. Il était mort."

 Son Oeuvre

Vermeer a été curieux d'abord au thème de moeurs issu de la tradition humaniste du XVIe siècle: la coquette, la dame galante. Puis il choisit des thèmes plus intimes: la lettre lu, la lettre écrite, la musique au clavecin ou au luth. Il évoque enfin les scènes de travail domestique réalisées par la laitière, la dentellière ou la dame à l'épinette. Son oeuvre contient aussi des occupations  tenues par des intellectuels: le géographe, l'astronome. Il a réalisé des thèmes à caractère allégorique  qui touchent la Foi.

Toutefois, il ne faut pas attacher trop d'importance à ses thèmes, car la beauté que recèle son oeuvre vient des astuces de composition faites d'harmonie simple. Il précise la structure géométrique de l'image par la présence au mur  d'un ou plusieurs tableaux. Il évite les perspectives linéaires  par laprésence d'un damier du carrelage qui la refuse.. L'angle de la fenêtre, une chaise posée en biais et l'opposition des tons clairs et des tons sombres le libère du clair-obscur.Vermeer peint plus par la couleur.

 La dame à l'épinette

La lumière vient de la gauche, mais la fenêtre àa presque disparu. L'ombre  qui s'installe sous le panneau mural  qui fait face au clavecin  suggère par contraste la profondeur. Vermeer accorde ses deux tons préférés, un bleu sombre et clair au jaune citron de la robe de la dame.