Leonardo de Vinci marqueur eStat'Perso

Leonardo de Vinci  (1452-1519)


Génie aux talents multiples,  Son style et ses apports en iconographie ont marqué un tournant dans la peinture à l’instar de sa technique du sfumato et de la perspective aérienne.

<< Envoyez-moi un grand artiste écrit en 1482 Ludovic le More à Laurent le Magnifique, un artiste qui soit capable d'ériger  un monument à Francesco Sforza>> et Laurent le Magnifique, qui est un connaisseur, lui envoie Léonard de Vinci. Pendant 17 ans, Léonardo de Vinci fournira un travail intense, non seulement en peinture, puisque c'est à cette époque  qu'il peignit la Cène, mais aussi, par ses projets de machines militaires, d'armes, d'édifices publics. Au cours de ce périple de tant d'années il rencontrera  les artistes  les plus renommés qui feront renaître l'art en Italie: Bramante, Raphaël, Michel-Ange.

La Renaissance de l'art en Italie

Cette époque prestigieuse qui évoque tant de splendeurs tire son nom du fait qu'entre les XVe et XVIe siècles il y eut effectivement en Italie une "Renaissance" des arts, des sciences qui avaient été presque totalement délaissés pendant tout le Moyen âge?Or celui qui parmi tant d'autres, contribua à ce renouveau artistique devait être Léonard de Vinci. Homme exceptionnel, artiste complet, peintre, sculpteur, architecte, mathématicien, astronome, ingénieur physicien, naturaliste et chimiste.

Au cours de sa visite en Italie, Louis XII fut tellement impressionné par la <<Cène>> de Léonard de Vinci  peinte au mur du réfectoire du couvent de Sainte Marie des Grâces à Milan qu'il voulut la faire détacher du mur pour l'emporter en France. L'oeuvre, considérée comme le premier travail de la Haute Renaissance, s'écailla malheureusement très rapidement. De Vinci utilisa en  effet  un enduit expérimental qui résista mal à l'atmosphère humide des lieu.

La Renaissance française

Mais Ce fut François 1er, successeur de Louis XII qui tomba amoureux de l'Italie et de son art. Il fut le premier souverain à commencer une collection de tableaux et de statues dus aux maîtres italiens. Il fit tout ce qu'il put pour persuader Michel-Ange de venir en France, mais n'y réussit pas. Il dut se contenter de lui acheter une statue d'Hercule. Il eut plus de succès auprès de Léonard de Vinci et lui promit sept mille pièces d'or et un palais de son choix dans la plus belle région de France. Léonard de Vinci vécut au Château de Lucé près d'Amboise. C'est là que le grand artiste passera les dernières années de sa vie. Mais il ne put plus travailler, hélas! il avait  la main droite paralysée et il lui était  impossible de tenir un pinceau. Son plus grand souci fut  désormais de mettre de l'ordre dans ses manuscrits où furent  rassemblées cinquante années d'études et d'idées géniales.

Principes fondamentaux de son esthétique

Ses ouvrages publiés après sa mort sous le nom du << traité de la peinture>> ont révélé sa grande  influence sur l’histoire de l’art. 

Sa notion de la perspective aérienne

Sa préoccupation essentielle gravitait autour de la notion de perspective dont il en élargit le sens. Pour lui tout dans la peinture restait  fonction de la distance entre l'objet que l'on veut peindre et l'oeil  dont la position devait être minutieusement calculée. Il rejoignait ainsi les pratiques des Flamands quand il faisait dépendre  de la distance  non plus seulement  sur les dimensions de l'objet mais aussi  sur sa couleur, son contour, son relief  et son degré de clarté. Plus un objet serait éloigné plus il serait petit ; De Vinci y ajouta  qu'en même temps  toute la nature de l'objet serait affectée par ce changement; Sa couleur se teinterait  d'azur parce que  la couche d'air interposée entre l'oeil et l'objet  serait  plus épaisse; son contour deviendrait  flou parce qu'à distance l'oeil n'en saisirait  plus toutes les particularités; son relief serait  moins apparent parce que les ombres elles-mêmes  seraient moins différenciées; quant à son degré de clarté  il augmenterait  si l'objet était plus obscur que l'air et il diminuerait   si l'objet était plus clair que l'air. Pour lui, l'objectif du peintre  était de donner l'illusion de la réalité.

La technique de son fameux Sfumato ou technique de l'estompé

Pour obtenir ces effets notamment sur la couleur de la peau, Léonardo de Vinci procédait par la superposition  en transparence de plusieurs tons, dont certains colorés, en les fondant aux points de rencontre des plans; il obtenait ainsi son fameux sfumato tel qu'on le voit sur le teint éclatant du visage de la Joconde.<<Définir le contour du visage comme une fumée, sans le délimiter par le dessin, sans juxtaposer nettement les couleurs>>tel est la définition du Sfumato que donne Léonardo de Vinci. 

La Joconde ainsi est vue à travers l'air épais, plein d'humidité et de vapeur . L'habileté et la grandeur  du Maître sont telles  écrit Pietro Mariani que l'on pourrait tendre la main et le bras  dans la profondeur de l'espace virtuellement suggéré   comme une main plongée dans l'eau d'un bassin pour ramener à la surface ce corps, ce visage au sourire légèrement dubitatif devant notre tentative à le ramener dans notre temps. son choix de l'éclairage tamisé, produit des ombres les plus douces, les effets de sfumato les plus beaux, le relief le plus suggestif.

 Ainsi , sont rassemblés dans ce tableau les principes fondamentaux  de son esthétique: l'existence de cette perspective dite aérienne jointes aux idées sur la dépendance qui existe entre le volume et la lumière. Léonardo de Vinci, les a mises en pratique grâce à une technique admirable de la superposition des couleurs en transparence. Il semble qu'il utilisât un médium à base d'huile de noix cuite posé sur une préparation transparente très fine. C'est probablement dans l'atelier de Verrochio que Léonardo apprit   cette  pratique de l'huile  qui commençait à se répandre dans les ateliers florentins.

Brève biographie

15 avril 1452 Naissance dans un petit village toscan de Leonardo di ser Piero da Vinci, issu des amours illégitimes de ser Piero da Vinci  notaire de Florence et d'une paysanne nommée Catherine.

Période Florentine : 1466 - 1481, l'apprentissage
1467 Alors âgé de quinze ans, il entre comme apprenti dans l'atelier de Andréa DEL Verrocchio à Florence où il côtoiera notamment Sandro Botticelli ou Pérugin
1472 Il peint un ange dans le Baptême du Christ, l'autre ange est peint par Botticelli. La même année, il est également recensé comme membre de la Guilde de Saint-Luc (guilde des peintres), mais reste sous la coupe de Verrocchio jusqu'en 1476. 
1476 De Vinci réalise son premier tableau : La Madone à l'œillet (Neue Pinakothek, Munich).
1477-1481 Il travaille dans son propre atelier à Florence.
1481 Il peint l’Adoration des Mages, une commande de Laurent de Médicis.
Période Milanaise : 1482 - 1499
1482 Il se rend à Milan pour travailler au service du duc Ludovic Sforza. Pendant cette période, il se consacre essentiellement à l'architecture et à la mise au point de machines de guerre.
1494-1498 Il peint La Cène, une fresque située sur le mur du fond du réfectoire de Sainte Marie des Grâces. 

Seconde période Florentine (1502 - 1506)
1500 Il réalise un portrait de profil d'Isabelle d'Este.
1503-1505 Étude pour La bataille d'Anghiari
1503-1505 Une Madone assise
1503-1505 Il réalise son tableau le plus célèbre : le portrait de la Joconde
1505 De Vinci, qui poursuit le rêve de voler comme un oiseau, effectue des recherches scientifiques Étude sur le vol des oiseaux et échec d'un essai de machine volante.

Seconde période Milanaise : 1506 - 1513
1506 Leonard de Vinci se rend à Milan. Il y reste comme l'hôte du gouverneur français, Charles d'Amboise jusqu'en 1513
1507 Supervise la seconde version de La Vierge aux rochers.
1508 Études sur l'eau 
1509 Études d'anatomie et d'hydraulique.
Séjour à Rome : 1514 - 1516

Séjour en France : 1516 - 1519
1516 Il s'établit près d'Amboise, sous la protection du Roi de France, François Ier, qui le nomme "Premier peintre, architecte, et ingénieur du Roi" et l'installe au manoir du Clos-Lucé où il participe à des projets d'urbanisme.
2 mai 1519 Décès de Léonard De Vinci au manoir du Clos-Lucé. Paralysé de la main droite, il ne pouvait plus peindre durant les dernières années.

Primauté ou non de la supériorité de la peinture

La vision proclame t-il est le premier des sens, le plus parfait à la fois et le plus indispensable<< l'oeil ne se trompe pas>> et la peinture est le premier des arts. Elle est supérieure dira-t-il à la sculpture, jetant ainsi une pierre dans le jardin de son rival Michel-Ange car elle offre une richesse de possibilités que la sculpture ne peut rendre:des corps transparents, des objets lumineux ni non plus la distance et la perspective aérienne;<< la peinture porte la lumière en elle-même>>.

Primauté ou non la question reste secondaire. Ce qui compte c'est qu'au temps de Léonardo de Vinci et en grande partie grâce à lui  la peinture s'émancipe de l'emprise que faisait peser la sculpture; C'est désormais en temps qu'art autonome et libre que la peinture poursuivra sa marche jusqu'à nos jours.

Galerie d'Arts de Léonardo de Vinci y sont exposés les principaux portraits réalisés par le Maître

Cliquer sur l'image ci-devant pour y avoir accès.